Romans, récits, nouvelles


la fêlure Nouveauté
Images
Feuilleter

la fêlure

Louise Bail

Description

« Le rapatriement du corps de Demian, à la suite de sa mort
inopinée à Paris, n’eut en apparence aucun eff et sur le fin
mot de l’histoire, les enquêteurs gardant précieusement
sous scellés un indice qui laissait planer l’éventualité d’un
crime. Alors la question se posait : de quelle sorte de crime
s’agissait-il ? Un crime passionnel ? Un crime d’honneur ?
Un crime contre les moeurs ? Quelle était la cause qui pouvait
le justifi er ? Et quel rapport ce crime pouvait-il avoir
avec la Disparition ? Il est temps maintenant que jaillisse la
légende contenue dans sa gangue liquide. Que par mes soins
émerge à la surface de l’eau la noyée, respiration trop longtemps
réprimée, yeux grands ouverts et cri gelé au bord des
lèvres. Affl eurant, impassible, le corps se berce aux frissons
de l’eau. Dans la mémoire collective, la légende d’Agnelle, la
vraie, reprend doucement vie. »

Auteure de monographies sur le compositeur Jean Papineau-Couture et sur Maryvonne Kendergi, Louise Bail a participé à l’élaboration et à l’animation de près de 200 émissions sur les ondes de Radio-Canada, entre 1978 et 1982. Diplômée de la Sorbonne en musicologie, elle a récemment obtenu à l’UQAM un doctorat en études et pratiques des arts. En 2014, elle publiait chez Fides Arias pour Claude Vivier, une fiction biographique sur la vie et l’oeuvre de
Claude Vivier.

Propriétés

Information de base

Nombre de pages:
168
Paru le:
2016 / 05 / 16
Éditeur:
Fides

Édition imprimée

Prix:
Prix edition imprimée 21,95 $ CAD
ISBN:
9782762139938
Pour commander
« Le rapatriement du corps de Demian, à la suite de sa mort
inopinée à Paris, n’eut en apparence aucun eff et sur le fin
mot de l’histoire, les enquêteurs gardant précieusement
sous scellés un indice qui laissait planer l’éventualité d’un
crime. Alors la question se posait : de quelle sorte de crime
s’agissait-il ? Un crime passionnel ? Un crime d’honneur ?
Un crime contre les moeurs ? Quelle était la cause qui pouvait
le justifi er ? Et quel rapport ce crime pouvait-il avoir
avec la Disparition ? Il est temps maintenant que jaillisse la
légende contenue dans sa gangue liquide. Que par mes soins
émerge à la surface de l’eau la noyée, respiration trop longtemps
réprimée, yeux grands ouverts et cri gelé au bord des
lèvres. Affl eurant, impassible, le corps se berce aux frissons
de l’eau. Dans la mémoire collective, la légende d’Agnelle, la
vraie, reprend doucement vie. »