Langues et littératures

La Littérature québécoise et les fruits amers de la censure
Images
Feuilleter

La Littérature québécoise et les fruits amers de la censure

Pierre Hébert

Description

«Et l'on se demande pourquoi la littérature canadienne reste étroite, mesquine et médiocre!» Le critique Louis Dantin lance cette accusation dans une lettre au poète Alfred DesRochers, en 1929. Les raisons d'une telle charge, coulant d'une plume pourtant mesurée? La censure, qui isole les Canadiens français de l'éducation intellectuelle nécessaire à l'accomplissement d'une vocation d'écrivain.

Quelle a été l'influence réelle de la censure sur les lettres québécoises? Les relectures contemporaines de l'histoire intellectuelle du Québec entraînent-elles à nuancer un tel jugement, ou celui-ci conserven-t-il encore toute sa pertinence?

Le lecteur traversera ici l'histoire de la censure catholique au Québec sous un nouvel éclairage: l'influence du contrôle littéraire à chacune des étapes de la vie d'une oeuvre, du manuscrit jusqu'à sa diffusion en librairie, en passant par l'éditeur, l'imprimeur, l'autocensure, etc. Au terme de ce parcours, on sera en mesure d'estimer la pertinence des propos de Louis Dantin.

Pierre Hébert est professeur au département des lettres et communications de l'Université de Sherbrooke. Il a publié plusieurs ouvrages sur la question de la censure dans la littérature québécoise.

Propriétés

Information de base

Nombre de pages:
88
Paru le:
2010
Collection:
Les grandes conférences
Éditeur:
FIDES

Édition imprimée

Prix:
Prix edition imprimée 14,95 $ CAD
ISBN:
9782762130300
Pour commander
«Et l'on se demande pourquoi la littérature canadienne reste étroite, mesquine et médiocre!» Le critique Louis Dantin lance cette accusation dans une lettre au poète Alfred DesRochers, en 1929.