Histoire

Femmes de lumière
Images
Feuilleter
Prix réduit 14,95$

Femmes de lumière

Sous-titre

:
Les religieuses québécoises avant la Révolution tranquille
Anne-Marie Sicotte

Description

Dissimulées sous leurs lourdes robes, les «bonnes soeurs» étaient partout, à la ville comme à la campagne, jusque dans les paroisses les plus reculées du Québec. Nombreuses, elles se dévouaient dans les écoles, les hôpitaux et les sacristies, auprès des pauvres, des malades, des vieillards, des enfants abandonnés... Mais leur vie quotidienne est longtemps restée auréolée de mystère. Qu'est-ce qui avait bien pu motiver ce choix de vie? À quoi occupaient-elles leur temps une fois les portes du couvent bien closes sur elles? Réunissant plus de 200 photographies, Femmes de lumière entrebâille les portes d'un univers méconnu. Il suffit de parcourir quelques pages de ce magnifique album pour se laisser entraîner dans un pèlerinage visuel surprenant et intimiste. À partager le quotidien de ces femmes courageuses qui ont contribué à façonner la société québécoise contemporaine, on découvre une réalité beaucoup plus complexe et saisissante que le discours dominant des cinquante dernières années a voulu le faire croire.

Après des études en histoire et quelques années de journalisme, Anne-Marie Sicotte se consacre à l'écriture sous de multiples formes. Elle a publié deux romans, dont le plus récent a pour titre Les accoucheuses. Passionnée par la découverte du passé, elle a écrit deux importantes biographies, celles de Marie Gérin-Lajoie et de Gratien Gélinas, en plus de s'intéresser aux photographies anciennes qui, selon elle, sont d'une rare éloquence concernant l'histoire sociale. Son premier ouvrage dans cette veine, paru en 2004, fut Quartiers ouvriers d'autrefois, 1850-1950.

Propriétés

Information de base

Nombre de pages:
192
Paru le:
2007
Éditeur:
FIDES

Édition imprimée

Prix:
Prix edition imprimée 25,95 $ CAD
ISBN:
9782762126952
Pour commander
Dissimulées sous leurs lourdes robes, les «bonnes soeurs» étaient partout, à la ville comme à la campagne, jusque dans les paroisses les plus reculées du Québec.