Essais

Essais

Tris / Sort Titre  Prix  Sku  Numéro  Date de création  Unité  Popularité
Le plus grand secret du Vatican

Le plus grand secret du Vatican

Alain Pronkin
Des milliers de dossiers de prêtres agresseurs se trouvent entre les mains de l’Église et pourtant tout n’était que silence, jusqu’à tout récemment. Plus grave encore, aucun évêque ou cardinal n’avait utilisé son droit de parole ou son droit de dissidence pour rendre public ce scandale qui entraîne l’Église dans un gouffre sans fond et remet en question le fondement même de cette institution.

Comment fonctionne une telle omertà pour être en mesure de faire taire les victimes et les dirigeants? Pourquoi le cri des victimes ne s’est-il pas rendu à nous?

Examinant entre autres des documents d’archives, des rapports de commissions d’enquête et le droit canonique, Alain Pronkin scrute la gestion de ces scandales par les autorités ecclésiastiques et critique sans complaisance ce système du silence mis en place au Vatican qui a mené à l’une des pires dérives de l’Église.

Dans la foulée du sommet sur la protection des mineurs de février 2019 qui avait lieu au Vatican, Alain Pronkin livre un vibrant plaidoyer pour une transparence qui a jusqu’à présent fait défaut à l’Église. Si, en effet, tous les intervenants ecclésiaux parlent de la transparence que l’Église doit afficher pour sortir de la crise, aucun ne peut l’expliquer ni dire en quoi elle consiste ni comment elle se développera. Le long silence de l’Église sur les sévices infligés aux plus faibles lui a-t-elle fait perdre l’usage de la parole?

L'auteur
Alain Pronkin est un chroniqueur et commentateur spécialisé en actualité religieuse. Il intervient à la radio sur les ondes du 98,5 FM du groupe Cogeco, sur la radio web Qub, et sur la chaîne ICI Radio-Canada Première. À la télévision, on peut le voir à LCN, TVA et occasionnellement à Radio-Canada.
Perdre du poids

Perdre du poids

Sous la direction de Stéphane Labbé, Ph. D.
À l’heure où, selon l’OMS, 39% de la population mondiale est en surpoids, existe-t-il des solutions miracles pour perdre du poids? On pourrait le croire alors que l’industrie de l’amaigrissement commercialise de nombreux produits, services et méthodes afin de faciliter la perte de poids. Pourtant, les statistiques sur l’obésité grimpent chaque année et les professionnels de la santé soutiennent que certaines de ces méthodes sont inefficaces, voire dangereuses.

Comme pour tout débat de société où se mêlent des opinions et des intérêts, il est pertinent de se tourner vers la science afin de se doter d’une opinion impartiale et rationnelle. Mais que dit la science sur l’industrie de l’amaigrissement? Disposons-nous de preuves scientifiques irréfutables sur l’efficacité ou la dangerosité des méthodes proposées? Y-a-t’il des méthodes efficaces afin de perdre du poids durablement? Quel est l’impact de la «révolution du mince» sur les personnes exclues des standards de la beauté?

Stéphane Labbé et son équipe proposent de faire la lumière sur l’industrie de l’amaigrissement. Faisant la synthèse de la recherche scientifique récente sur ces questions, ce livre présente dans une langue accessible l’état actuel du savoir sur la perte de poids et apporte une réflexion sur l’image corporelle afin que chacun puisse se faire une opinion informée sur cet enjeu de société en matière de santé publique.

L'auteur
Conseiller stratégique et chercheur chevronné en culture et communications, Stéphane Labbé, Ph. D. dirige un cabinet de conseil, de recherche et d’édition depuis 2013. Il a également dirigé plusieurs sociétés d’édition et réalisé de nombreuses recherches dans le domaine de la culture et des communications. Il enseigne dans plusieurs universités québécoises.
Interdire le cannabis avant 21 ans

Interdire le cannabis avant 21 ans

Sous la direction de Stéphane Labbé, Ph. D.
Depuis le 17 octobre 2018, le cannabis est légal au Canada ce qui suscite, au Québec, un débat sur sa consommation par les plus jeunes. Pour les uns, le cannabis est une substance dangereuse dont il faudrait limiter l’accès, en particulier pour les moins de 21 ans. Pour les autres, une telle approche prohibitive contribuerait au contraire à exposer davantage les jeunes au marché noir ou à un comportement à risque.

Comme pour tout débat de société où se mêlent des opinions et des intérêts, il est pertinent de se tourner vers la science afin de se doter d’une opinion impartiale et rationnelle. Mais que dit la science sur les effets de la consommation du cannabis? Est-ce vraiment dangereux? De quelle façon le cannabis agit-il sur le cerveau? Son impact sur la santé est-il plus grave pour les jeunes adultes? La prohibition est-elle plus efficace que la prévention afin de protéger les jeunes?

Stéphane Labbé et son équipe proposent dans ce livre de faire la lumière sur la question controversée de la consommation de cannabis chez les moins de 21 ans. Faisant la synthèse de la recherche scientifique récente sur le sujet, ce livre présente dans une langue claire et accessible l’état actuel du savoir sur l’impact de cette nouvelle loi afin que chacun puisse se faire une opinion informée sur cet important enjeu de société.

L'auteur
Conseiller stratégique et chercheur chevronné en culture et communications, Stéphane Labbé, Ph. D. dirige un cabinet de conseil, de recherche etd’édition depuis 2013. Il a également dirigé plusieurs sociétés d’édition et réalisé de nombreuses recherches dans le domaine de la culture et des communications. Il enseigne dans plusieurs universités québécoises.
Trente ans d’économie sociale au Québec

Trente ans d’économie sociale au Québec

Nancy Neamtan
Une économie au service de la collectivité, animée par des entreprises viables ayant pour mission un rendement à la communauté, est-elle possible? La réponse est oui ! Depuis plus de 30 ans, un mouvement de démocratisation économique fondé sur l’action citoyenne s’est déployé au Québec et dans le monde, avec comme pierre angulaire la recherche d’un nouveau modèle de développement durable et équitable. Au Québec, cette volonté citoyenne s’est exprimée par l’essor de l’économie sociale, embrassant une diversité d’entreprises coopératives, sans but lucratif et mutuelles, mais aussi par l’essor de la finance sociale et des processus de développement économique communautaire.

Ce livre raconte, par des anecdotes, des souvenirs, des analyses et des leçons apprises au fil d’une trentaine d’années, soit de 1984 à 2015, le côté humain de cette économie sociale en chantier. Militante de la première heure, l’auteure a choisi de raconter la « petite » histoire de ce mouvement, sans langue de bois et en toute transparence. On parle de réussites mais aussi d’échecs, de solidarité mais aussi de débats difficiles. Il s’agit d’un récit de femmes et d’hommes, de communautés qui ont refusé d’écouter les experts et ont choisi plutôt d’innover au bénéfice du bien commun. À l’heure où s’impose une transition écologique et sociale, l’histoire, les leçons et les réflexions pour l’avenir constituent une contribution fort pertinente à l’action d’aujourd’hui.

L'auteure
Nancy Neamtan a été présidente-directrice générale du Chantier de l’économie sociale de 1996 à 2013. Reconnue au Québec et internationalement pour son rôle et son expertise dans l’essor du développement économique communautaire, de l’économie sociale, de la finance sociale et de l’innovation sociale au Québec, elle est titulaire de l’Ordre du Québec et de l’Ordre du Canada, ainsi que de deux doctorats honorifiques.
Enquête sur la catastrophe de Lac-Mégantic

Enquête sur la catastrophe de Lac-Mégantic

Bruce Campbell
La catastrophe ferroviaire survenue le 6 juillet 2013 à Lac-Mégantic est une tragédie sans précédent dans l’histoire canadienne. Elle a causé un grand nombre de morts, des dégâts environnementaux et laissé une petite ville du Québec littéralement éventrée. Pour cela, on a voulu jeter le blâme sur les épaules de trois employés de la Montreal Maine & Atlantic Railway, acquittés depuis.

Mais qui sont les véritables responsables de cette tragédie?

Grâce à une enquête approfondie, l’auteur propose de lever le voile sur ce qui s’est vraiment passé à Lac-Mégantic.

Il révélera notamment les rouages d’entreprises ferroviaires et pétrolières directement ou indirectement impliquées, qui n’hésitent pas à tourner les coins ronds ou à écrire leurs propres règles tout en étant appuyées par de puissants lobbys pour parvenir à leurs fins.

Il mettra également en lumière l’implication d’un gouvernement canadien aveuglé par l’idéologie du libre marché et obsédé par l’idée de faire du Canada une superpuissance pétrolière, ainsi que celle de bureaucrates complices qui ont failli à leur tâche de protéger l’intérêt public.

Au cœur de tout cela, une communauté tricotée serré, déchirée par le drame et luttant pour s’en remettre. Mais heureusement, on y trouve aussi à l’œuvre un processus de guérison, la solidarité, le souci de ne pas oublier et la détermination à reconstruire et à transcender ce drame.

L'auteur
Bruce Campbell a été directeur général du Centre canadien de politiques alternatives. Il est également l’auteur de plusieurs rapports sur la catastrophe ferroviaire de Lac-Mégantic. La bourse de leadership communautaire en justice de la Fondation du droit de l’Ontario lui a d’ailleurs été octroyée pour son travail dans ce dossier. Il est actuellement professeur adjoint à la Faculté d’études environnementales de l’Université York et agrégé de recherche au Centre for Free Expression de l’Université Ryerson.


«The Lac-Mégantic Rail Disaster a su capter l’horreur du déraillement de 2013 […]
mais il démontre aussi l’inaction d’Ottawa pour empêcher qu’une catastrophe similaire ne se reproduise.» 
Linda McQuaig, Toronto Star

«Avec The Lac-Mégantic Rail Disaster, Bruce Campbell réalise l’enquête
qui n’a jamais eu lieu, mais c’est aussi un livre d’émotion…»
Literary Review of Canada
La maternelle 4 ans

La maternelle 4 ans

Sous la direction de Stéphane Labbé, Ph. D.
L’accès de tous les enfants québécois à la maternelle 4 ans a été une des promesses phares de l’actuel premier ministre du Québec, François Legault. Si les partisans du projet de révision de la loi 5 estiment qu’il permettra au Québec de se doter de meilleures structures éducatives, ses détracteurs considèrent au contraire, qu’il est préférable de réinvestir dans les CPE et que la promesse du premier ministre est irréalisable et démagogique.

Comme pour tout débat de société où se mêlent des opinions et des intérêts, il est pertinent de se tourner vers la science afin de se doter d’une opinion impartiale et rationnelle. Mais que dit la science sur la différence entre les CPE et la maternelle 4 ans? Disposons-­nous de preuves scientifiques irréfutables sur la question de l’encadrement préscolaire et qui justifieraient d’investir dans les maternelles 4 ans?

Stéphane Labbé et son équipe proposent dans ce livre de faire la lumière sur l’éducation des jeunes enfants afin d’instruire le débat actuel portant sur la maternelle 4 ans. Faisant la synthèse de la recherche scientifique récente sur ces questions, ce livre présente dans une langue claire et accessible l’état actuel du savoir sur l’éducation préscolaire afin que chacun, parent, éducateur ou citoyen, puisse se faire une opinion informée sur cet important enjeu de société.

L'auteur
Conseiller stratégique et chercheur chevronné en culture et ­communications, Stéphane Labbé, Ph. D. dirige un cabinet de conseil, de recherche et d’édition depuis 2013. Il a également dirigé plusieurs sociétés d’édition et réalisé de nombreuses recherches dans le domaine de la culture et des ­communications. Il enseigne dans plusieurs universités québécoises.
L’iPad à l’école 

L’iPad à l’école 

Sous la direction de Stéphane Labbé, Ph. D.
Quelques années seulement après l’introduction de l’iPad sur le marché par Apple, nous voyons aujourd’hui de nombreuses écoles, aussi bien privées que publiques, équiper ou exiger que leurs élèves se dotent des célèbres tablettes de Steve Jobs. Si ses partisans vantent les mérites et les apports pédagogiques d’un tel outil, ses détracteurs soutiennent, au contraire, qu’il n’est d’aucune utilité, voire nuisible, et qu’il ne s’agirait que d’un nouveau moyen trouvé par Apple afin de vendre ses marchandises.

Comme pour tout débat de société où se mêlent des opinions et des intérêts, il est pertinent de se tourner vers la science afin de se doter d’une opinion impartiale et rationnelle. Mais que dit la science sur l’introduction de l’iPad dans nos écoles? Disposons-nous de preuves scientifiques irréfutables au sujet de l’efficacité de l’iPad dans un contexte scolaire et qui justifieraient d’investir dans une pareille technologie?

Stéphane Labbé et son équipe proposent dans ce livre de faire la lumière sur la question controversée de l’usage de l’iPad dans un contexte scolaire. Faisant la synthèse de la recherche scientifique récente sur cette question, ce livre présente dans une langue claire et accessible l’état actuel du savoir sur les avantages et les inconvénients de l’iPad en classe afin que chacun, parent, éducateur ou citoyen, puisse se faire une opinion informée sur cet important enjeu de société.

L'auteur
Conseiller stratégique et chercheur chevronné en culture et ­communications, Stéphane Labbé, Ph. D. dirige un cabinet de conseil, de recherche et d’édition depuis 2013. Il a également dirigé plusieurs sociétés d’édition et réalisé de nombreuses recherches dans le domaine de la culture et des ­communications. Il enseigne dans plusieurs universités québécoises.
La préhistoire du Québec

La préhistoire du Québec

Patrick Couture
Ce magnifique coin de planète que nous appelons aujourd’hui le Québec, et qui a vu naître notre peuple, n’a pas commencé à exister au XVIe siècle avec l’arrivée de Jacques Cartier, loin de là!

Il s’agit d’un territoire vieux de plusieurs milliards d’années qui a été le théâtre de cataclysmes extraordinaires, où ont évolué et parfois disparu d’innombrables espèces animales et dont les montagnes, les rivières, les cratères et les reliefs racontent une épopée qui dépasse l’entendement!

Les colons français qui vinrent s’établir ici ne surgissaient pas du néant eux non plus. La civilisation dont ils étaient issus s’était épanouie pendant de nombreux siècles sur le sol de ce que nous appelons aujourd’hui la France, façonnée par les contributions de plusieurs peuples tels que les Gaulois, les Romains et les Francs.

Et parmi leurs aïeux, ces tribus ancestrales qui élevèrent des mégalithes à travers l’Europe ou celles qui, les premières, pénétrèrent ce continent pour se retrouver face à face avec une espèce humaine maintenant éteinte: les Néandertaliens.

Voilà le stupéfiant récit que raconte ce livre.

Découvrir les lointaines origines du Québec et des Québécois, c’est ultimement apprendre à mieux se connaître soi-même!

L'auteur
Patrick Couture enseigne depuis une vingtaine d’années et est diplômé en linguistique de l’Université de Montréal. Passionné d’histoire et de préhistoire depuis l’enfance, il épluche ouvrages et articles scientifiques avec fascination à la recherche de nouvelles connaissances qui sont susceptibles de jeter un peu de lumière sur le lointain passé. Réunissant les découvertes les plus pertinentes qui permettent de mieux comprendre notre coin de planète, il a créé une série de conférences à la suite desquelles son auditoire enthousiaste lui demande invariablement s’il a écrit un livre. La réponse était négative… jusqu’à maintenant!
Premiers jours de classe

Premiers jours de classe

Martine Tremblay et Camille Morin
Réunies sous la forme d’un émouvant journal, les lettres d’une jeune enseignante adressées à une collègue d’expérience donnent naissance à un échange porteur d’espoir pour tous ceux et celles qui ont choisi d’enseigner.

En effet, si les courageux débuts d’un enseignant consistent souvent en une série de premières fois, on découvrira que le succès et le bonheur attendus sont quelquefois un peu plus loin, plus près du caractère unique de chacun, à la fois comme enseignant et comme personne. Et que c’est cette singularité même, qui, avec l’expérience, pourra alimenter et orienter les choix pédagogiques de chaque enseignant et nourrir la manière dont il fera de sa classe un milieu vivant.

Véritable fenêtre ouverte sur les réalités de ce métier parfois mal aimé et peu valorisé, mais si essentiel, cet ouvrage est à mettre dans toutes les mains, celles des enseignants en devenir, bien sûr, mais aussi des enseignants chevronnés, des parents, des conseillers pédagogiques et de toute personne pour qui l’éducation passe d’abord et avant tout par l’épanouissement de ceux et de celles qui ont pour mission de former les citoyens de demain.

Les auteures
Après plus de trente ans d’enseignement, Martine Tremblay se consacre à l’écriture et à l’analyse de pratiques pédagogiques. Elle considère que, pour aimer enseigner, il faut travailler à son bonheur professionnel avec la même ferveur que celle que l’on déploie pour construire sa vie personnelle ; les gens heureux font de bons enseignants. Il faut prendre soin de ceux qui se destinent à ce remarquable métier.

Camille Morin obtient son baccalauréat en enseignement primaire et éducation préscolaire de l’Université Laval en 2013. Après une année de suppléance, elle quitte Québec pour enseigner à Montréal. De cette expérience, elle retient ceci : la passion de l’enseignement évolue, il faut savoir réfléchir et surtout, se laisser du temps…
Nommer le monde

Nommer le monde

Henri Dorion et Marc Richard
«Rien n’est nulle part et les noms de lieux sont partout.»

Aux limites de la géographie, de l’histoire et de la littérature, cet essai unique en son genre vous propose de redécouvrir le territoire réel et imaginaire à travers ses toponymes.

Voyez comment chaque nom de lieu, chargé de sens, de poésie ou d’histoire, ouvre la porte vers une infinité d’autres univers, des énigmes, des illusions, des euphémismes et autant d’éblouissements.

Une plongée ludique à travers une centaine de toponymes et autant de citations, de la Bible à Jacques Brel, de Baudelaire à Vigneault, qui rappellent que chaque trait d’esprit, chaque idée, peut un jour donner naissance à un nom de lieu.

Une richesse insoupçonnée, un trésor de noms et d’histoires, déterrés pour nous par deux passionnés de la toponymie.

Les auteurs
Après des études universitaires en droit et en géographie, Henri Dorion a consacré sa vie à la recherche et à l’enseignement en géographie politique et en toponymie. Les frontières et les questions du multilinguisme en géographie l’ont amené, lors de ses séjours dans plus de soixante pays, à s’intéresser à la toponymie internationale. Il a été président des Commissions de toponymie du Québec et du Canada, de même que du Groupe d’experts des Nations Unies pour les noms géographiques.

Né à Québec, Marc Richard a étudié à l’Université Laval, où il a obtenu un doctorat en géographie. Il travaille comme toponymiste depuis 1979. Il s’intéresse aux procédés de création de noms de lieux, à l’écriture de poèmes géographiques, à l’esprit du lieu, à la Seconde Guerre mondiale et à l’Antiquité tardive, de même qu’aux œuvres de Jean Raspail et de Jean Marcel. Il est également l’auteur des textes de deux bandes dessinées: Morgenrot et Les derniers corsaires.
Histoire populaire de l’amour au Québec — Tome I • avant 1760

Histoire populaire de l’amour au Québec — Tome I • avant 1760

Jean-Sébastien Marsan
Au Québec, tout le monde a entendu parler des Filles du roi, du labeur de la colonisation, des coureurs de bois qui convoitaient les Amérindiennes, etc. Mais qui se souvient des « bons soirs » pour les fréquentations? Des mariages à la «gaumine», des «sommations respectueuses», des dispenses ecclésiastiques qui permettaient de convoler avec un cousin ou une belle-soeur, ou encore des mariages «remarquables», lorsque les frères d’une famille épousaient les soeurs d’une autre famille? Il est arrivé qu’un veuf et son fils épousent une veuve et sa fille!

Des premiers explorateurs de la Nouvelle-France jusqu’à la Conquête, ce premier tome de l’Histoire populaire de l’amour au Québec s’attarde à toutes les facettes de la vie intime de l’époque: célibat, rencontre, fréquentations, mariage, vie conjugale, séparation, concubinage, bigamie, adultère, prostitution, ainsi que le mode de vie des veufs et des veuves, des religieux et des religieuses, des «vieilles filles» et des «vieux garçons». Le tout dans un environnement très particulier, un pays neuf en Amérique du Nord.

Cet ouvrage de vulgarisation est destiné à tous les publics: les Québécois et les Québécoises qui souhaitent (re)découvrir le grand album de famille, les néo-Québécois curieux de mieux connaître leur terre d’accueil, et les férus d’histoire de la vie privée.

L'AUTEUR
Diplômé en journalisme, Jean-Sébastien Marsan est l’auteur de Devenir son propre patron? Mythes et réalités du nouveau travail autonome (Écosociété, 2001), Les Québécois ne veulent plus draguer (avec Emmanuelle Gril, l’Homme, 2009) et Le Petit Wazoo: initiation rapide, efficace et sans douleur à l’œuvre de Frank Zappa (Triptyque, 2010).
Les buveurs de lait <br /> sont des Mutants

Les buveurs de lait
sont des Mutants

Guy Drouin
Si les cours de biologie ont pu un jour vous donner du fil à retordre, donnez-vous la chance d’en découvrir les aspects les plus divertissants dans cet ouvrage rafraîchissant aux sujets des plus intrigants : «Vivre avec la mauvaise couleur de peau»; «Les buveurs de lait sont des mutants» ; «Le diabète, une adaptation qui a mal tourné?»; «Les imperfections de notre corps» ; «Les baleines, ces vaches parties à la dérive» ; «Notre influence sur l’évolution de nos plantes et animaux domestiques», etc. Un grand tour d’horizon scientifique, qui vous réserve plus d’une surprise!

Cette captivante incursion dans l’univers de la biologie, teintée d’une fine pointe d’humour, vous est offerte par un généticien chevronné et passionné qui se fait un plaisir d’en vulgariser les aspects les plus ardus.

Gageons qu’après la lecture de cet ouvrage vous ne verrez plus le monde vivant du même œil!

L'AUTEUR
Guy Drouin est professeur titulaire à l’Université d’Ottawa depuis 1990. Il y enseigne la génétique, l’évolution moléculaire et la génétique évolutive des humains. Il détient un doctorat en génétique de l’Université de Cambridge (1988) et a fait des recherches postdoctorales à l’Université Harvard (1988-1990). Il a publié de nombreux articles scientifiques dans des revues prestigieuses.
Louis-Joseph Papineau, <br />un demi-siècle de combat

Louis-Joseph Papineau,
un demi-siècle de combat

Yvan Lamonde et Claude Larin
On l’a trop souvent oublié, mais Louis-Joseph Papineau est l’homme public le plus important de la première moitié du XIXe siècle québécois. À travers ses écrits, c’est une époque particulièrement ­mouvementée de l’histoire du Bas-Canada qui revit et… continue de nous interpeller.

«On a tiré Papineau de tant de côtés, écrit Yvan Lamonde. Avec ces textes de Papineau, on ne lui fera pas dire ceci ou cela. On lira ce qu’il avait à dire à des moments forts de l’histoire du Québec. Dans ces textes, on entend sa voix, on sait ce qu’il pense lorsqu’il fallait penser clair.»

Du projet d’Union du Bas et du Haut-Canada de 1822 à son testament politique de 1867, cette édition propose l’essentiel de la pensée de Papineau. Pour celles et ceux qui veulent lire Papineau en direct, à des moments décisifs de son histoire et de la nôtre.

Auteurs
Yvan Lamonde, professeur émérite d’histoire et de littérature à l’Université McGill, est connu pour ses travaux sur l’histoire socioculturelle et intellectuelle du Québec. En 1995, il remportait le Prix littéraire du Gouverneur général pour son ouvrage Louis-Antoine Dessaulles, un seigneur libéral et anticlérical.

Claude Larin a étudié à l’Université McGill (langue et littérature françaises). Il est l’auteur d’une analyse rhétorique des discours politiques de Louis-Joseph Papineau, qui ouvre la porte à de nouvelles perspectives sur l’homme public.
Histoire inédite des Patriotes

Histoire inédite des Patriotes

Anne-Marie Sicotte
Nullement séditieux et encore moins ignorant, le peuple du Québec d’antan était fier et indépendant, imbu d’équité. À ces hommes et à ces femmes, il est temps de redonner leurs lettres de noblesse. Grâce à une enquête impartiale, lumière est faite sur une période névralgique de l’histoire du Canada, celle d’un formidable mouvement de résistance légale, ensuite réprimé, en 1837 et en 1838, par la terreur militaire. Justice est rendue à un peuple dépouillé de sa liberté, qui a dû endurer la censure et les mises à l’index.

Le peuple du Bas-Canada, alors la principale colonie de la Grande-Bretagne sur le continent américain, avait confié la responsabilité de plaider pour la réforme d’abus flagrants à ses élus en Chambre d’Assemblée. Sauf que la démocratie parlementaire n’était qu’une façade. En réalité, corruption, racisme et despotisme souillaient l’exercice d’un pouvoir exercé par un Exécutif colonial avide d’honneurs et de richesses.

À la fois concise et étoffée, l’enquête historique narre l’odyssée d’une nation patriote rendue souveraine par la création d’un Parlement en 1791. Les affrontements armés de Saint-Denis, de Saint-Charles et de Saint-Eustache sont dévoilés dans leurs détails tragiques. Des illustrations d’artistes composent l’essentiel de cet ouvrage d’art et d’ethnologie, enrichi de cartes géographiques et de documents d’archives.

L'auteure
Depuis la saga Les accoucheuses, Anne-Marie Sicotte effectue des recherches minutieuses dans l’actualité du Bas-Canada et des insurrections patriotes, notamment pour une série romanesque en deux cycles, Le pays insoumis et Les tuques bleues. Elle prépare actuellement la biographie de Louis-Joseph Papineau.
Les relations amoureuses

Les relations amoureuses

Fernand Larouche
«Les recherches en neurosciences ne cessent d’apporter des informations nouvelles sur le cerveau, dont aucune génération humaine avant la nôtre n’a disposé.»

Faut-il croire nos émotions en amour? Comment réagissons-nous lorsque les désirs, les attentes et les conflits s’entremêlent? Comment vivons-nous le stress quand enfants, finances et retraite se mettent de la partie? Pourquoi, dans le couple, l’un peut-il réagir fortement à un événement du quotidien, mais pas l’autre?

Les réponses à ces questions se trouvent à la rencontre des neurosciences et de la pleine conscience. À l’aide des plus récentes découvertes dans ces domaines, Fernand Larouche nous invite à revisiter la façon dont nous vivons nos relations amoureuses. Il nous dévoile comment notre compréhension de l’amour peut s’enrichir de ces savoirs et nous montre de quelle façon ils donnent déjà lieu à de nouvelles pratiques, à de nouvelles règles de vie à deux.

Nous sommes ici conviés à relever un «nouveau défi amoureux», gage de relations amoureuses harmonieuses et durables. ­Qu’attendons-nous?

Auteur
Psychothérapeute depuis 24 ans, Fernand Larouche a étudié avec Jean Monbourquette (deuil, ombre de la personnalité, PNL). Disciple de Ken Wilber, il pratique la pleine conscience depuis une dizaine d’années.
Flirtez-vous avec la cyberdépendance?

Flirtez-vous avec la cyberdépendance?

Manon R. Guérin
Avez-vous l’impression de passer trop de temps en compagnie de votre cellulaire, de votre tablette, de la télé? Ce livre est pour vous.

Difficile de ne pas se reconnaître dans le portrait que Manon R. Guérin trace d’elle-même et de la relation amour-haine qu’elle entretient avec la chose numérique. Pour la journaliste, il ne s’agit pas de bannir les écrans de nos vies. Il s’agit de se recentrer sur les aspects positifs de ceux-ci et d’en éliminer les effets pervers. Pour atteindre cet objectif, elle n’hésite pas à frapper à de nombreuses portes… Tour à tour, elle donne la parole à un spécialiste en neurosciences, une blogueuse, une mère de famille, un psychologue, une intervenante sociale…

Pénétrez dans l’univers de personnes qui ont du mal à imaginer leur vie sans écrans, mais qui prennent les moyens pour atteindre un équilibre dans l’usage qu’ils en font.

AUTEURE
Diplômée en communications (journalisme) de l’UQAM il y a 12 ans, Manon R. Guérin a écrit des centaines de textes dans sa jeune vie de rédactrice. Maman fois deux et photographe à ses heures, elle publiait en 2017 le livre Flirtez-vous avec le burn-out parental? aux Éditions Fides. Cette fois-ci, elle a choisi d’explorer le fascinant monde des écrans.
Heureux, mince et libre

Heureux, mince et libre

Suzan Peirce Thompson
Après avoir essayé des années durant à peu près tous les régimes existants pour perdre du poids, Susan Peirce Thompson, docteure en neurosciences cognitives, a dû se rendre à l’évidence: non seulement suffisait-il de quelques semaines pour regagner les kilos qu’elle avait réussi à perdre, mais l’exercice physique ne l’aidait en rien.

Convaincue qu’il était possible de corriger la situation, elle découvrit la solution du côté du cerveau: «Il faut changer notre approche culturelle du surpoids en le redéfinissant tel qu’il est vraiment – c’est-à-dire ni un manque de volonté, ni une lacune d’ordre moral, mais bien le sous-produit d’un cerveau pris en otage par notre alimentation moderne», affirme-t-elle. Cette découverte allait changer sa vie celle de milliers de personnes, comme en témoigne cet ouvrage percutant. L’auteure y révèle les 4 règles d’or qui ont le pouvoir de contrôler notre cerveau et de nous faire perdre du poids de façon permanente.

AUTEURE
Docteure en neurosciences cognitives, Susan Peirce Thompson a enseigné pendant huit ans à l’Université de Rochester. Paru en 2017, son ouvrage Bright Line Eating: The Science of Living Happy, Thin and Free s’est ­rapidement hissé au rang de best-seller dans plusieurs pays.
Guérir la mère

Guérir la mère

Ginette Bureau
Quand certains schèmes de comportement souffrants se répètent dans notre vie et dans celle de nos enfants ; quand, par loyauté familiale, les anniversaires réveillent dans notre corps un deuil non digéré, il faut s’interroger sur notre mémoire transgénérationnelle.

Sur le ton de la confidence, oscillant entre le récit et l’essai, Ginette Bureau raconte sa propre histoire et nous montre comment un blocage peut s’installer dans le corps et l’esprit et traverser les générations. Elle nous relate les effets dévastateurs des non-dits sur sa propre lignée familiale et le secret maternel que ses recherches lui ont permis de démasquer.

Pour l’auteure, c’est en intégrant et en digérant ce conditionnement reçu que l’on peut s’en dégager et lui faire perdre son pouvoir, et ainsi reprendre notre liberté, à la fois dans notre corps et dans notre âme.

Détentrice d’une maîtrise en création littéraire et d’un doctorat en lettres françaises de l’Université de Sherbrooke, Ginette Bureau s’intéresse au pouvoir des mots et à la résilience par l’écriture. Son ouvrage Mona s’est hissé au rang de best-seller des deux côtés de l’Atlantique. Elle a à son compte plusieurs récits qui ont également connu un large succès. Son récit Je t’aime la vie a été porté à l’écran et présenté dans le cadre des Beaux Dimanches, à Radio-Canada.
La bibliothérapie

La bibliothérapie

Katy Roy
Un désir marqué d’aller à la rencontre de l’humain avec la littérature a mené Katy Roy à découvrir la bibliothérapie. Tout commença par une question qui, un jour, s’empara d’elle: «Comment l’être humain peut-il utiliser l’imaginaire pour poursuivre son développement et régler ses conflits intérieurs?»

L’auteure nous convie ici dans l’univers foisonnant des imaginaires d’hommes et de femmes rencontrés au cours de sa pratique dans plusieurs lieux singuliers: centres de réadaptation, hôpitaux psychiatriques, prisons ou bibliothèques.

Le récit qu’elle fait de ces rencontres témoigne de l’extraordinaire fécondité de cette démarche qui ranime les images présentes en nous. «J’ai été fascinée de constater comment celles-ci synthétisent notre vécu en nous indiquant la voie à suivre pour résoudre certaines impasses et nous offrir une perception différente.»

Katy Roy a complété des études universitaires en littérature et en cinéma et est candidate au doctorat en psychologie. Après avoir œuvré plusieurs années comme libraire, elle a fondé il y a huit ans le projet de La Bibliothèque Apothicaire, lauréat du Concours québécois en entrepreneuriat. Sous la forme de rencontres individuelles, d’ateliers de groupe, de résidences et de retraites, elle utilise les outils de la bibliothérapie et de l’imagerie mentale. Son expérience et ses recherches suscitent de plus en plus l’intérêt des médias, des pédagogues et des professionnels du monde de la santé, tant en Europe qu’au Canada.
Les coopératives

Les coopératives

Enzo Pezzini et Jean-Pierre Girard
Près de la moitié de la population mondiale fait affaire avec une coopérative. Les coopératives ont affiché une performance remarquable lors de la débâcle financière de 2008. Au Kenya, celles-ci contribuent à plus de 45% du PNB. Devant cet apport exceptionnel, l’ONU a proclamé l’année 2012 «Année internationale des coopératives».

Mais connaît-on réellement les coopératives? Dans une économie mondiale dominée par des inégalités croissantes, cet ouvrage propose une vue globale de l’économie et de la contribution d’un modèle organisationnel qui aspire depuis sa naissance à démocratiser l’économie. Un modèle, somme toute, qui crée de la richesse et non des riches!

Pour nous convaincre de la pertinence de ce modèle d’avenir, les auteurs font état des nombreuses prises de position en faveur des coopératives, tant de l’ONU qu’à l’issue des sommets internationaux; ils définissent les écueils et les occasions que rencontrent les coopératives au XXI e siècle; ils présentent enfin les parcours coopératifs comparés de la France, du Royaume-Uni, de l’Italie et du Québec.

L'AUTEUR
Enzo Pezzini est docteur en sciences politiques et sociales à l’Université Saint-Louis de Bruxelles, où il est chercheur au Centre de recherche en science politique, et collaborateur scientifique à l’Institut de recherche Religions, Spiritualités, Cultures et Sociétés de l’Université catholique de Louvain. Auteur de plusieurs articles au sujet des coopératives, il a été pendant 17 ans directeur du bureau de Bruxelles de la Confédération des coopératives italiennes.

Expert-conseil international en entrepreneuriat collectif, Jean-Pierre Girard cumule plus de 30 ans d’expérience de consultation, d’enseignement et de recherche universitaire dans ce domaine. Il a notamment réalisé des mandats pour l’Organisation internationale du travail et l’Association internationale de la mutualité en plus d’avoir collaboré avec les Nations unies, l’OCDE et le Sommet international des coopératives.
La régression tranquille du Québec

La régression tranquille du Québec

Rodrigue Tremblay
Observateur averti de la scène politique québécoise, économiste et ancien ministre, Rodrigue Tremblay relate et commente les grands événements politiques d’une période cruciale dans l’histoire du Québec, celle qui va de 1980 à 2018. Sans complaisance et sans ménagement, il identifie les erreurs du passé et les défis futurs qui se posent pour le Québec et pour la nation québécoise.

«Les Québécois et les Québécoises, le Québec tout entier, conclut Rodrigue Tremblay, sont capables de grandes choses dans l’avenir pourvu qu’ils le veulent. En définitive, quand tout a été dit, tout se ramène à la question centrale à laquelle il faut laisser à chacun et à chacune le soin de répondre: Est-ce que les Québécois et les Québécoises d’aujourd’hui, en tant que patriotes de toutes origines, ont la volonté de travailler à la survie, à l’épanouissement et à la prospérité de la seule nation francophone majoritaire en Amérique du Nord?

L'auteur
Député du comté de Gouin, à Montréal, de 1976 à 1981, Rodrigue Tremblay a été ministre de l’Industrie et du Commerce dans le gouvernement du Québec (1976-1979). En plus de sa carrière politique, il a enseigné les sciences économiques à l’Université de Montréal pendant plus de 35 ans, soit de 1967 à 2002. Depuis 2002, il est professeur émérite de l’institution. Le professeur Tremblay a publié une trentaine d’ouvrages.
Et si le Québec avait dit  oui

Et si le Québec avait dit  oui

Normand Cazelais
Mettant en scène les principaux acteurs politiques qui ont joué un rôle clé lors du référendum de 1995, Normand Cazelais prend sa plume de romancier pour imaginer ce qui se serait passé si le Québec avait dit oui. Bien au fait des circonstances entourant cet épisode marquant de l’histoire du Québec, l’auteur nous plonge dans un univers uchronique, étrangement familier, ravivant au passage des souvenirs aussi riches en espoirs qu’en déceptions.

Mais la vie ne se réduit pas à la politique. Surviennent des imprévus et des revers de situation tragiques, et surtout des effets collatéraux liés aux événements, qui bouleverseront à jamais la vie de Charles-André, de Francine, de Nicolas, de Judith et de bien d’autres.


L'auteur: Normand Cazelais, géographe de formation, a été tour à tour journaliste, chroniqueur à la télé et à la radio, écrivain et professeur. Conférencier recherché, il est l’auteur d’une trentaine de livres, le plus récent étant son Dictionnaire géographique du Québec, paru également chez Fides.
S'affranchir

S'affranchir

Chantale Proulx
Portant un regard sans complaisance sur l’identité collective actuelle, Chantale Proulx invite à la réflexion et à l’analyse de la question de l’affranchissement et en particulier de l’archétype du puer – de l’adolescence. S’affranchir, c’est se libérer de la tyrannie de la jeunesse par l’évolution de l’affectivité, c’est aussi, plus généralement, mener une guerre aux croyances déréglées d’une époque donnée.

Faisant référence aux philosophes indépendants et s’inspirant de la sincérité des poètes, de la foi naturelle de l’enfant et de la quête éternelle du héros, l’auteure dessine clairement un chemin pour la conscience dont témoignent les individus accomplis et les mystiques. Au cœur de la réflexion proposée, une large place est faite au héros Ulysse de L’Odyssée dont le parcours vers la maturité est jalonné de rencontres féminines symboliques. Le message est clair: la guérison se trouve dans l’accueil de la féminité blessée. Dès lors, tous sont conviés – les hommes en particulier – à un travail identitaire profond avec l’aide de la psychologie symbolique.

Une réflexion d’une grande actualité sur la domination des valeurs masculines et du consumérisme qui secoue le monde occidental.

L'auteure
Professeur de psychologie, conférencière et auteure primée, Chantale Proulx a plusieurs publications à son actif : un essai sur la maternité psychique (Filles de Déméter, 2005, réédité sous le titre Devenir mère, un voyage au centre de soi, CRAM, 2018), des essais sur l’enfance (Un monde sans enfance, GGC, 2009; Plaidoyer pour une enfance heureuse, CRAM, 2015), et un essai sur l’hypersexualisation (Petit traité de la vie sexuelle contemporaine, CRAM, 2012).
Québec, un requiem ?

Québec, un requiem ?

Richard Dubois
Essai effronté, militant, poétique et à thèse,
parsemé de commentaires automutilants
chantés par un chœur de malades

Québec. Aller au-delà. Quitter le champ strictement politique de la conjoncture occidentale et poser la question de la culture. De l’Esprit, de l’Intelligence. Du sacré, de la transcendance. Voir si dans nos vies, loin des manœuvres politiciennes et de la curée des puissants sur le dos des hommes gris que nous sommes, un manque latent, fondamental, n’est pas la source de presque tous les malheurs rapportés par la presse.

Un livre, oui, sur le manque et ses mille contenus, version québécoise.

L'AUTEUR
Écrivain-traducteur, professeur, conférencier, Richard Dubois a publié de nombreux essais, dont Un Québec si lointain. Histoire d’un désamour (Fides, 2009), Hubert Aquin blues (Boréal, 2003) et Intellectuel. Une identité incertaine (Fides, 1998).
Une génération blessée

Une génération blessée

Rosine Des Chênes
Un petit qui cherche désespérément le regard de son père ou de sa mère, alors que l’attention de ces derniers est constamment happée par leur smartphone; la scène se répète jour après jour... Dans un quotidien où le temps court de plus en plus vite, nous sommes collectivement en train d’élever, au panthéon de notre société matérialiste et individualiste, une génération blessée.

Privés de la présence de leurs parents, tuteurs de la construction de leur personnalité, sur quoi et sur qui s’appuient les enfants pour grandir et se bâtir? Sur les petits amis qu’ils croisent tous les jours, seuls points stables de leurs pérégrinations journalières?

L’auteure, qui parle ici avec sensibilité des enfants qu’elle côtoie activement depuis 50 ans, nous propose de renouer avec des gestes simples qui ont le pouvoir de transformer toute la société: redonner du temps, de l’attention, des mots, des regards et de la tendresse à nos enfants. Et si nous essayions?

L'AUTEURE
Auteure et conférencière, Rosine Des Chênes a depuis toujours partagé son temps entre deux domaines d’inter­vention. Au temps passé auprès des enfants comme éducatrice, enseignante, éducatrice musicale et éducatrice spécialisée s’est ajouté son travail de formatrice auprès des adultes depuis 1986 (au cégep, dans les milieux de services de garde et auprès des parents). Elle est l’auteure des ouvrages Moi, j’apprends en jouant (Chenelière, 2006), Moi, j’apprends en parlant (Chenelière, 2008) et Guider les enfants vers l’autodiscipline (Chenelière, 2011).
Histoire des Acadiens

Histoire des Acadiens

Bona Arsenault et mise à jour de Pascal Alain
De la fondation de Port-Royal en 1604 jusqu’au rayonnement actuel de la culture acadienne, en passant par la Déportation des Acadiens en 1755, l’histoire de l’Acadie est riche en péripéties de toutes sortes. Historien, généalogiste et homme politique, Bona Arsenault, mort en 1993, a consacré plus de quarante années à ce sujet. D’abord parue en 1965 et plusieurs fois rééditée depuis, Histoire des Acadiens fait figure de texte défricheur dans le domaine. Cette toute nouvelle édition mise à jour par l’historien Pascal Alain, permet d’aborder le fait acadien dans ses multiples aspects – social, politique, culturel, géographique, linguistique. L’ensemble constitue une excellente introduction à l’histoire acadienne, mais aussi à l’Acadie contemporaine, montrée dans toute sa diversité.
Le monde rural québécois aux xviiie et xixe siècles

Le monde rural québécois aux xviiie et xixe siècles

Christian Dessureault
Cet ouvrage met en valeur l’œuvre de l’historien ­Christian Dessureault en regroupant ses principaux articles qui, jusqu’à présent, étaient éparpillés. On doit à ce chercheur infatigable une contribution majeure à l’effort de réinterprétation de l’évolution du monde rural de la vallée laurentienne. Échelonnée sur trois décennies, sa riche production a en effet permis de repenser ces campagnes coloniales dans leurs traits les plus fondamentaux. En bout de ligne, de l’étude des fondements de la société paysanne à celle de la culture des groupes qui l’animent, le chantier ­Dessureault a contribué de manière importante, par ses méthodes et ses interprétations, à renouveler l’histoire rurale du Québec. Sa lecture du monde rural québécois des XVIIIe et XIXe siècles frappe autant par sa profondeur que par sa cohésion d’ensemble. À l’heure où l’accroissement des inégalités frappe les esprits, ces études sur une vieille société hiérarchisée sont d’une stimulante – mais ­douloureuse – actualité.

L'auteur
Professeur agrégé au Département d’histoire de l’Université de Montréal, Christian Dessureault a d’abord consacré les premières années de sa ­carrière d’historien à des études sur le régime seigneurial canadien, sur l’économie rurale, sur la vie matérielle des paysans, sur les structures sociales ainsi que sur la famille et les réseaux de parenté dans le monde rural québécois des XVIIIe et XIXe siècles. Depuis quelques années, il poursuit en collaboration avec d’autres chercheurs des recherches sur les institutions locales, dont les fabriques paroissiales, les milices sédentaires et les syndics scolaires, afin de mieux comprendre les modalités de recrutement et de renouvellement des élites dans les campagnes du Québec précapitaliste.
Consommation inc.

Consommation inc.

Gisèle Kayata Eid
Ce livre n’est pas un livre de croissance personnelle, ni un recueil de recettes pour en finir avec la société de consommation. C’est encore moins un pamphlet pour trouver le bonheur.
Ce n’est pas un livre d’astuces, de conseils ou de suggestions pour adopter la « green attitude » ou appliquer les pratiques écolos.
Ce n’est pas un manifeste contre l’évolution, la technologie ou l’intelligence artificielle. Ce n’est pas un cri du coeur, ni un chant de sirènes.
Ce n’est pas un appel à l’indignation ou à la révolte, ni un coup de
pouce à celui qui rêve du zéro déchet.
Ce n’est pas non plus un livre de contes, de récits, de nouvelles ou d’anecdotes.
C’est un livre qui raconte les histoires des uns et des autres et du grand ogre, l’hyperconsommation, qui voulait les bouffer tout cru.

Avec son regard de journaliste, dans une langue vive, teintée d’humour et d’ironie, l’auteure nous invite à constater l’impact des pubs, des marques, des promesses de cette société illusoire d’abondance et leurs effets dévastateurs sur nous et sur la planète.
Le Québec à 5 km/h

Le Québec à 5 km/h

Nathalie Le Coz
Emboîtez le pas aux premiers explorateurs, à ceux qui n’écoutant que leur courage ont sillonné ce coin d’Amérique qu’est le Québec. Ils ont laissé des traces, mis par écrit leurs observations. Leurs voix résonnent encore à travers cet ouvrage. Laissez-les vous parler des rivières et des sentiers qu’ils ont empruntés.

Du fleuve à la baie James, en passant par la Côte-Nord, le
Grand Portage du Témiscouata, les monts Otish, les Chic-Chocs, la Métabetchouane, sans oublier les Laurentides et l’Outaouais, suivez leurs déplacements. Vous découvrirez avec eux des régions d’une beauté saisissante.

Mais n’hésitez pas aussi à chausser vos souliers de randonneurs.
Accédez aux sentiers actuels et aux parcours canotables passant directement sur les traces des anciens ou en périphérie. Pour chaque parcours ou lieu suggéré, un lien Internet réfère à la source de renseignements pratiques. Des cartes permettent de suivre les routes des anciens et de repérer l’accès aux parcours actuels.
Manipulés

Manipulés

Thierry Pauchant
Le dogme de la main invisible du marché structure nos sociétés. C’est en son nom que l’on loue l’individualisme, le laisser-faire économique et l’ultra-libéralisme. De nombreux laissés pour compte ont récemment exprimés leur grogne : occupons Wall Street, les Indignés, Nuit debout en France, la grève étudiante au Québec, ou certains partisans du Brexit et de Trump.
Quand une maison vacille, il faut inspecter et réparer ses fondations. Nous revisitons dans ce livre les écrits d’Adam Smith, le père fondateur de l’économie politique, qui a soi-disant introduit ce dogme. Nous puisons dans ses cinq ouvrages, en économie bien sûr, mais aussi en éthique, en droit, en science et en littérature, incluant des textes jamais traduits en français.
Contrairement aux dires des manipulateurs d’opinion, sa fameuse main ne sanctifie pas le marché et les mécanismes des profits et des prix. Smith l’a introduite comme une métaphore éducative, mettant en garde contre les méfaits des dogmes, des abus envers les personnes et la nature, et du mercantilisme.
L’œuvre intégrative d’Adam Smith visait déjà une gestion plus émancipatrice, équitable et durable de nos organisations. Et de nombreuses associations et entreprises progressistes travaillent déjà à ce renouveau. Elles œuvrent au-delà des clivages traditionnels entre la droite et la gauche, en quête d’une économie plus libératrice, sociale et viable.
Gabriel et le philosophe

Gabriel et le philosophe

Gilles Voyer
Il n’est pas donné à tout le monde de rencontrer un philosophe. Ça ne court pas les rues. C’est pourtant ce qui est arrivé à Gabriel à un moment où il éprouvait un urgent besoin de voir clair dans sa vie.

Cette rencontre a été au point de départ d’une série de lettres du philosophe, devenu un confident, abordant des questions auxquelles Gabriel n’avait pas de réponse satisfaisante. Des questions portant sur des réalités souvent malmenées du quotidien comme l’amour, le langage, l’art, le bonheur… Des questions aussi concernant les problèmes cruciaux auxquels la société contemporaine doit faire face, comme la question de la santé, de la fin de vie, du pétrole et de son transport, des accommodements raisonnables, des manipulations génétiques…

Gabriel, le destinataire des lettres, est un jeune adulte en chair et en os… Mais ce pourrait tout aussi bien être vous, ou votre enfant, ou un ami. Dès les premières pages de ce livre, un philosophe vous attend pour vous aider à réfléchir aux turbulences de notre temps.
L'idéologie du hasard

L'idéologie du hasard

Jean-François Simard
On connaissait déjà la stratégie des conditions gagnantes élaborée
par le camp souverainiste proposant d’attendre le moment
idéal pour tenir un référendum gagnant. Sans trop savoir comment
faire pour y parvenir, cette perspective relevait plus ou
moins du hasard. Du reste, les concepteurs de cette démarche
savaient eux-mêmes que celle-ci n’était pas faite pour s’inscrire
dans la durée. L’enracinement de cette manière de penser l’avenir
du Québec aura enlisé une partie importante d’entre nous
dans l’immobilisme et la rêverie béate d’un grand soir de plus
en plus fuyant.
En juin 2017, à la veille des célébrations du 150e anniversaire
du Canada et après 25 ans d’aphasie sur la question nationale, le
Parti libéral du Québec lançait sa Politique d’affirmation du Québec
et de relations canadiennes. À sa manière, ce dernier pousse
lui aussi le Québec dans l’étreinte des conditions gagnantes. Il
souhaite désormais établir un dialogue dans l’espace canadien
permettant, à terme, la réouverture de négociations constitutionnelles.
Faute d’interlocuteurs pour établir cette rencontre et
ne sachant pas trop comment faire pour combler ce vide, cette
prétendue stratégie relève elle aussi plus ou moins du hasard.
Sans plan d’action précis, sans calendrier clair, sans obligation
de résultats, les deux camps opposés érigent ainsi en idéologie
le hasard afin de guider la destinée de notre peuple. Ce modèle,
sans voiles ni gouvernail, a fait son temps…
Histoire de l’édition litteraire au Québec au XXe siècle - volume 1

Histoire de l’édition litteraire au Québec au XXe siècle - volume 1

Jacques Michon, Collectif
Parmi tous les intermédiaires qui participent au lancement d’un ouvrage, l’éditeur occupe la première position. On recon­naît aujourd’hui la place qui lui revient dans l’instauration des valeurs littéraires. L’Histoire de l’édition littéraire au Québec au XXe siècle permet d’illustrer cette réalité et de montrer comment une littérature canadienne-française, devenue québécoise dans les années 1960, s’est matériellement et socialement constituée. Un parcours en trois temps, et en autant de volumes, a été retenu pour retracer cette évolution. Le premier volume, qui couvre la période 1900-1939, nous fait assister à l’émergence de l’éditeur. Avant les années 1920, ­l’édition littéraire était rattachée aux secteurs de l’imprimerie et de la librai­rie. Avec l’arrivée de l’éditeur professionnel, elle acquiert un espa­ce propre qui progressivement ravit aux journaux et aux cercles littéraires le monopole de la découverte et de la publication. Ce premier volet de l’Histoire de l’édition littéraire au Québec au XXe siècle relate, entre autres, l’aventure exceptionnelle des indivi­dus qui, en créant ou en faisant progres­ser des maisons d’édi­tion, ont participé au processus d’édification d’une littérature et d’un public.

Le Groupe de recherche sur l’édition littéraire au Québec a été fondé à l’Uni­ver­sité de Sherbrooke en 1982. Il est dirigé par Jacques Michon. Les cher­­cheurs de l’équipe ont publié plusieurs ouvrages, notamment sur le livre populaire, l’édition de poésie, la censure, la diffusion du livre québécois en France et sur l’his­toire de la Librairie Beauchemin, des Éditions Albert Lévesque et des Éditions Fides.
Flirtez-vous avec le Burn-out parental?

Flirtez-vous avec le Burn-out parental?

Manon R. Guérin
Les enfants courent toujours. Nous leur répétons inlassablement de ralentir pour éviter de tomber et de se blesser. Une fois adulte, on court autant qu’eux, mais il n’y a plus personne pour nous dire de ralentir. Le marathon est quotidien : le 8 à 5, la routine, les enfants, les responsabilités, l’épicerie, les repas… Essoufflé. Épuisé. Brûlé. Combien de fois répétez-vous ces mots dans une seule journée. On attend les vacances avec impatience. On passe un temps fou à les planifier, on essaie de tout faire ce qu’on n’a pas fait dans l’année. Elles passent toujours trop vite. Et on revient au boulot étourdi et vidé.

On court après le bonheur. On espère devenir une meilleure personne. On vise plus de performance au travail. On recherche une relation amoureuse épanouie. Et une vie sociale bien remplie. Ah! Et les enfants… On ne pouvait pas imaginez à quel point ça prendrait autant d’énergie. Imaginez, on en a fait deux, trois ou peut-être même quatre. Comment faisaient nos arrière-grands-parents pour en élever autant? Quelle leçon n’a-t-on pas comprise?

Peut-on repenser son horaire et gagner du temps? Avons-nous seulement le temps de nous arrêter un moment et de repenser notre emploi du temps? Si vous aviez le pouvoir d’arrêter l’horloge, que feriez-vous en premier? Si on vous offrait une heure de plus par jour, comment l’occuperiez-vous? Je vous invite à une quête. Celle de trouver un sens à cette course contre la montre. Pour eux, mais surtout pour vous.

Manon R. Guérin, maman dévouée, amoureuse passionnée, photographe autodidacte, cuisinière acharnée, elle aime varier les plaisirs (un peu trop parfois, aux yeux de son chéri) et carbure aux défis. Après avoir signé des centaines d’articles et menés presque autant d’entrevues en douze ans, cette rédactrice en chef a fait son entrée dans le monde de l’édition en 2016 en proposant deux livres de recettes. Cette fois, elle a choisi de se pencher sur la vie de famille, parce que nous sommes tous à un diagnostic près du burn-out parental!
Vivre l’hiver au Québec

Vivre l’hiver au Québec

Normand Cazelais
Nouvelle édition revue et augmentée

L’hiver québécois est davantage qu’une saison : il a façonné un espace, défini un mode de vie, modelé une culture. Il est une présence, un destin, un souffle, une identité. Les coutumes, l’architecture, l’imaginaire, l’économie, les façons de faire et de dire des Québécois en sont imprégnés. La nouvelle édition revue et augmentée de Vivre l’hiver au Québec ajoute la dimension identitaire à cet ouvrage, qui s’est mérité le prix Marcel-Couture du Salon du livre de Montréal en 2010. Abondamment illustré, il aborde l’hiver sous tous ses aspects, en privilégiant les dimensions sociales et culturelles, sans oublier, bien sûr, la géographie et l’histoire, l’architecture et l’alimentation, la faune et la flore. Au passage, on s’intéresse aux inventions de Bombardier, aux coureurs des bois et à l’épopée des fourrures, aux fêtes et aux célébrations liées à l’hiver (Carnaval, carême et Mardi gras, Noël et jour de l’An), aux transports, aux activités de plein air, aux oeuvres des artistes qui se sont inspirés de l’hiver.

Cet ouvrage invite au voyage dans le temps et dans les régions du Québec,
ce Québec où l’hiver n’est jamais bien loin.

Normand Cazelais est géographe de formation. Tour à tour journaliste, chroniqueur à la télé et à la radio, écrivain et professeur d’université, il a aussi travaillé en aménagement du territoire et en environnement à Hydro- Québec. Pendant cinq ans, il a été commissaire à la Commission de toponymie du Québec. La géographie et les paysages du Québec lui sont très familiers. Conférencier recherché, romancier, Normand Cazelais est l’auteur d’une trentaine de livres, dont Saveurs du Québec (Stromboli, 1994), Ma Cabane au Québec (Trécarré, 1996), Éva Gauthier. La voix de l’audace (Fides, 2016) et Montréal, ma ville (Fides, 2017). Normand Cazelais est né à Montréal.
Une brève histoire du Canada

Une brève histoire du Canada

H. V. Nelles
Pays vaste et diversifié dont la légitimité même est remise en question par ses propres habitants, perpétuellement menacé d’assimilation culturelle par un voisin extraordinairement puissant et pourtant considéré par l’ONU comme l’un des meilleurs endroits où vivre: le Canada fait souvent figure de paradoxe, même à ses propres yeux. Pour quiconque souhaite comprendre ces contradictions, cette Brève histoire fournit ­d’innombrables pistes, constituant ainsi une introduction indispensable au Canada d’aujourd’hui.

Des Premières Nations qui ont d’abord dû s’adapter à un milieu hostile aux envahisseurs français et britanniques qui, pour asseoir leur suprématie, ont ensuite établi des colonies dans tout le continent, jusqu’au nouvel ordre politique volatil apparu au cours des soixante dernières années en passant par l’intégration des colonies à une fédération nationale, H. V. Nelles brosse le portrait d’un pays dynamique sans cesse en train de naître, de s’adapter et de se redéfinir.

L'AUTEUR
H. V. Nelles est titulaire de la chaire d’histoire canadienne L. R. Wilson à l’Université McMaster et professeur chercheur émérite à l’Université York. Lauréat de nombreux prix, il est le seul à avoir reçu deux fois le Prix Sir John A.-Macdonald décerné par la Société historique du Canada au meilleur livre d’histoire.
Lettres aux femmes d’ici et d’ailleurs

Lettres aux femmes d’ici et d’ailleurs

Rachida M’Faddel et Céline Larouche
Au-delà des paroles convenues et des clichés que la société ­véhicule trop facilement, des femmes et des hommes ont accepté de prendre la parole. En toute liberté. Sans complaisance. Portés par l’espoir d’établir un véritable dialogue. Un dialogue qui révèle sans filtre ce qui les anime, leurs amours, les espoirs qu’ils caressent, les situations qui les blessent et qu’il faut dénoncer. Ces prises de parole ont en commun de crier haut et fort que ce qui unit les femmes et les hommes d’ici et d’ailleurs est beaucoup plus fort que ce qui les sépare. À les lire, on réalise qu’il devient possible de rêver d’un avenir différent, meilleur.
Parfois coups de gueule, parfois tendres billets d’amour, les lettres qui composent cet ouvrage sont écrites par des femmes et des hommes engagés, épris d’un Québec inclusif et pluriel.

Sous la direction de
Détentrice d’une maîtrise en littérature française de l’Université du Québec à Chicoutimi, chargée de cours, conférencière, journaliste, écrivaine et enseignante de français, Rachida M’Faddel est aussi membre du conseil d’administration de l’Association des femmes d’affaires marocaines du Québec et de l’Association Averroès de Toronto.

Enseignante, écrivaine et éditrice, Céline Larouche a publié plusieurs auteurs, a écrit romans, poèmes, nouvelles et contes pour enfant. Elle s’est impliquée dans le milieu culturel régional, a fondé l’association Les poètes du bleu pays et les Éditions SM.
Mon univers

Mon univers

Marc Chagall
Cette nouvelle traduction du récit autobiographique de Marc Chagall est la première réalisée en français à partir du texte yiddish original Eygens, publié dans la revue littéraire Di Tsukunft (Le Futur) de New York en 1925. Elle a été produite à partir d’une version antérieure à celle qui a été publiée en 1931 à Paris, sous le titre Ma vie. Elle présente l’immense intérêt de restituer le tapuscrit yiddish dans toute sa singularité, sans rien gommer – ni les références à la culture juive du shtetl, ni les allusions à la pratique religieuse, ni les passages évoquant l’éveil de la sexualité et de l’érotisme.

Dans une langue vive et un peu rêche, Chagall y raconte sa vie, de sa naissance à Vitebsk en 1887, petite bourgade juive (shtetl) de Biélorussie située au nord-est de Minsk, jusqu’à son retour dans son village natal en 1922, après avoir séjourné dans les grandes capitales de l’époque, Saint-Pétersbourg, Paris et Moscou.

Émancipé de ses origines modestes pour devenir un artiste accompli – un khudozhnik, en russe –, Chagall livre un texte « brut », qui allie une gravité aux accents lugubres à une verve légèrement débridée. Un texte à l’image des personnages extraordinaires, souvent en apesanteur, qu’il dépeint dans ses tableaux. Du récit au souvenir, le célèbre peintre oscille entre le passé et le présent, le plus souvent sans faire de transition, comme s’il s’adressait directement à son lecteur.

Une brève histoire des déesses

Une brève histoire des déesses

Patrick Snyder
On pourrait croire que les déesses appartiennent à une époque révolue. Or, il n’en est rien. Elles sont plus vivantes que jamais dans l’imaginaire occidental. Nous sommes en présence d’un véritable phénomène de société. Les « Vénus » du paléolithique supérieur ou la déesse égyptienne Isis sont devenues des égéries du très populaire « Mouvement de la Déesse », qui fait des millions d’adeptes à travers le monde. Gaïa, la déesse grecque, est reconnue comme la figure emblématique des groupes écologiques. Par ailleurs, de nombreuses recherches s’intéressent aux cultes des déesses qui auraient influencé la conception de Dieu dans les monothéismes. Que signifie pareil retour en force des déesses ? Laissez-vous guider par Patrick Snyder dans un voyage «initiatique» aux pays des déesses. Vous découvrirez que ces divinités issues des cultures anciennes aussi bien que contemporaines vous invitent à porter un regard critique sur une société marquée en profondeur par l’hégémonie du patriarcat politique, technoscientifique et religieux. Vous réaliserez qu’une société ne peut se penser, tant sur le plan culturel que religieux, sans l’apport du féminin. Quant à la place que vous voudrez peut-être réserver aux déesses dans votre propre démarche spirituelle, libre à vous de la déterminer…
Une alimentation ciblée pour préserver ou retrouver la santé de l'intestin

Une alimentation ciblée pour préserver ou retrouver la santé de l'intestin

Jacqueline Lagacé
En 2011, Jacqueline Lagacé, Ph. D., publie l’ouvrage Comment j’ai vaincu la douleur et l’inflammation chronique par l’alimentation, qui suscite un immense intérêt tant au Canada qu’en Europe. Son blogue est rapidement inondé de témoignages et commentaires soulignant les bienfaits de la diète hypotoxique, pointant aussi les difficultés rencontrées. Infatigable chercheuse, Jacqueline Lagacé s’attelle aussitôt à la tâche, soucieuse d’apporter des réponses précises aux 1001 questions soulevées et de faire état des avancées de la recherche scientifique en ce domaine. L’ouvrage Une alimentation ciblée pour préserver ou retrouver la santé de l’intestin est le fruit de ce travail.

L’auteure y vulgarise les connaissances scientifiques les plus récentes concernant les liens entre les aliments consommés et les maladies inflammatoires chroniques. Elle indique comment et pourquoi les choix alimentaires sont en très grande partie responsables de l’équilibre ou du déséquilibre fonctionnel de l’intestin et, conséquemment, de la santé globale. Elle explicite aussi l’impact de la diète hypotoxique sur les maladies chroniques. Enfin, elle apporte un éclairage précieux sur des sujets controversés, comme la prise de suppléments de calcium, de vitamine D, d’oméga 3, la fiabilité des tests de détection des intolérances alimentaires, etc.

La réussite de la diète hypotoxique passe par une alimentation ciblée et cet ouvrage est l’outil indispensable pour y parvenir.
Notre système de santé, autrement

Notre système de santé, autrement

Jean-Pierre Girard
C’est un truisme, il y a urgence d’aborder de front le devenir de notre système de santé, de faire l’exercice de se projeter dans l’avenir. «Notre système, affirme sans ambages Jean-Pierre Girard, aurait beaucoup à gagner dans son organisation, sa philosophie, ses pratiques, sa performance, à effectuer une prise en compte significative de la participation des citoyens, et plus globalement de l’apport d’entreprises collectives du type coopératives.»

C’est un fait reconnu, le système est malade. L’explosion des coûts, la lenteur des services, l’inégalité d’accès aux soins, la défaillance des pouvoirs publics en sont les symptômes les plus visibles. Et ceci à un moment inopportun où les défis à relever sont nombreux: vieillissement de la population, présence de nouvelles pathologies, développement rapide de la technologie, importance de la pharmacopée, etc.

Cet ouvrage s’appuyant sur des exemples vécus n’a pas la prétention de se substituer aux nombreuses analyses, travaux de recherche, thèses, essais de prospective, mais plutôt de remédier à l’ignorance, voire de contrer l’opposition systématique du système à une formule d’action collective, la coopérative, qui a fait ses preuves dans bien d’autres secteurs au Québec.

«Pourquoi, s’interroge Claude Béland qui signe la préface, inviterions-nous les entreprises traditionnelles, en quête de profit, à jouer un rôle dans le secteur de la santé, alors que nous refusons ce droit aux citoyens réunis en coopératives et désireux d’assumer une part de responsabilités pour mieux servir la population, chacun dans son milieu ? Pourquoi favoriser le capital plutôt que la démocratie ? La question exige un débat et une réponse.»

AUTEUR
Jean-Pierre Girard, spécialiste du développement des entreprises collectives dans le domaine de la santé, partage son temps entre des activités de recherche, d’enseignement universitaire et de consultation en plus de siéger sur de nombreux conseils et comités, notamment au comité santé du Conseil de la coopération du Québec. Depuis 2001, il agit à titre de représentant du Mouvement coopératif canadien, au bureau de direction du International Health Cooperative Organisation.
Album Anne Hébert

Album Anne Hébert

Bernard Chassé et Nathalie Watteyne
Anne Hébert aurait eu cent ans en 2016. Cet album retrace les grands moments de sa vie et d’une soixantaine d’années consacrées à l’écriture, grâce à des documents textuels et visuels rares ou inédits, de sa naissance, à Sainte-Catherine, à sa mort à Montréal, en 2000. Les paysages de son enfance et de sa jeunesse à Québec et dans la région de Portneuf y fi gurent, tout comme Paris, qu’elle a habité, et Menton, où elle est allée régulièrement se ressourcer, écrire aussi. La correspondance avec ses proches, en particulier avec son frère Pierre, ainsi que ses carnets d’écriture ou des textes qu’elle a écrits sur la langue, sur l’art et sur les paysages québécois, révèlent combien la vie et l’oeuvre sont étroitement liées chez cet être d’exception, qu’on aura le plaisir de revisiter ici, tant dans ses activités publiques que dans son intimité.
Éva Gauthier

Éva Gauthier

Normand Cazelais
Éva Gauthier occupe une place de choix dans l'histoire musicale du vingtième siècle.
Dès les débuts, ses récitals ont illustré un intérêt marqué pour les formes musicales venues d’Orient, issues du jazz et du folklore ou des tendances les plus modernes de la musique dite sérieuse. Elle a inscrit à son répertoire plus de six cents pièces de tout horizon, souvent contre vents et marées. On lui reconnaissait un talent particulier pour les interpréter, pour leur insuffler une âme supplémentaire. Discrète sur sa vie privée, travaillant sans agent ni mari pour promouvoir sa carrière ou lui ouvrir des portes, francophone d’origine dans un monde anglo-saxon, elle a développé des liens étroits, faits de respect mutuel, avec nombre de compositeurs, d’interprètes et de chefs d’orchestre célèbres dont Maurice Ravel, George Gershwin, Erik Satie, Paul Whiteman, et bien d’autres.

Pendant des années, son récital annuel à l’Aeolian Hall de New York a constitué un «événement». Sa performance avec Gershwin sur cette scène en 1923, qualifiée d’«historique» par plusieurs observateurs, a marqué les mémoires. Éva Gauthier était une exploratrice-née. Une artiste qui savait reconnaître la flamme d’une œuvre et le génie des compositeurs. Toute sa vie, elle a su construire des ponts, entre des univers musicaux et culturels, entre des créateurs et des musiciens, à preuve cette rencontre organisée chez elle en 1928 entre Ravel et Gershwin. Son éclectisme était sa «carte de visite».

Née à Ottawa, elle a surtout vécu à l’extérieur de son pays, gardant envers lui un profond attachement. Elle assistait régulièrement aux concerts de musique d’artistes canadiens qui se donnaient à New York. Femme de cœur et de volonté, Éva Gauthier reste, plusieurs décennies après sa mort, une personnalité fascinante. Elle est malheureusement tombée dans un injuste oubli. Espérons que cette biographie suscitera un nouvel intérêt à son endroit. L’histoire lui doit bien un tel hommage.
Masques africains et culture québécoise

Masques africains et culture québécoise

Pierre Pagé et René Legris
Professeur de lettres et de création littéraire à l’Université de Montréal pendant vingt-cinq ans, le P. Ernest Gagnon, conférencier à la radio, spécialiste de l’art contemporain à l’École des Beaux-Arts de Montréal, eut sans cesse un questionnement philosophique sur tous les arts. C’est avec ces interrogations qu’il a développé, pendant toute sa carrière, une vaste collection d’art africain traditionnel, de pièces océaniennes et de sculptures pré-colombiennes. Cet ouvrage veut illustrer, par un choix de photos commentées, la démarche de recherche d’Ernest Gagnon et le langage qu’il déployait pour l’expliquer à ses auditoires québécois.

Artistes, professeurs, écrivains, religieux, collectionneurs ou galéristes, les intellectuels des années cinquante et soixante ont trouvé dans Ernest Gagnon une parole qui leur faisait dépasser les cadres académiques et le style traditionnel de la culture québécoise. Les étudiants et les intellectuels trouvaient plaisir à explorer les voies d’une pensée anthropologique novatrice. Les auteurs de cet ouvrage ont aussi collaboré avec Ernest Gagnon pour organiser sa collection et l’instituer comme Musée d’art primitif de Montréal.


Attentif, heureux et efficace

Attentif, heureux et efficace

Myriam Jézéquel
Jour après jour, entraînez votre attention et découvrez tout ce qu’un petit supplément d’attention peut apporter de positif à votre quotidien. Savoir être attentif, cela peut paraître banal, mais c’est pourtant la principale clé pour être heureux et performant. Parce que la qualité de vie est profondément liée à la qualité d’attention, chacun gagne à cultiver cette ressource en soi. À l’aide de 31 exercices, vous apprendrez à perfectionner une présence et une écoute, une attitude réceptive et une force de concentration mentale.

Accessible à tous, ce guide vous accompagne pas à pas dans une démarche plus attentive : comment se réapproprier ses sensations physiques ? Se recentrer et stabiliser ses émotions ? Atteindre ses principaux objectifs ou ses souhaits profonds ? Être plus disponible pour les autres ? Éveiller ses sens et un esprit alerte ? Se relier au monde avec ouverture et conscience ?

Ce livre vous amène à devenir conscient de votre force d’attention
et de la manière dont elle façonne qui vous êtes et ce que
vous captez du monde. Une invitation à vivre pleinement sa vie !
La modernité au Québec - Tome II

La modernité au Québec - Tome II

Yvan Lamonde
L’histoire intellectuelle de la période 1939-1965 fait voir autrement
la guerre non réductible à la conscription, mais porteuse de prospérité économique et syndicale, d’effervescence culturelle, de fin du pétainisme intellectuel des Québécois. Ils en sortent conscients d’un rapport d’altérité avec la France et d’un rapport de similitude avec l’Amérique mieux définis. La guerre induit aussi
une modernité plus large que celle pour laquelle Borduas, Pellan
et les Automatistes se battent ; la modernisation oblige à regarder
le traditionnel qui traverse les deux trames les plus fortes du
Québec : la religion et le nationalisme. Entreprendre, une fois
constatée « l’unité spirituelle factice », de critiquer le catholicisme
et le nationalisme, c’est délester ces deux composantes culturelles
du poids de leur anachronisme.

Les années 1950 ne sont plus un angle mort masqué par la
fausse compréhension du changement supposément portée par
ce qui aurait été une révolution tranquille plus ou moins datée du
22 juin 1960. La mise en valeur de la liberté, la dénonciation de la
peur, du silence et de l’instrumentalisation de la politique et de
la religion par les résistants de cette décennie montrent l’époque
autrement. Une découverte importante de la présente histoire
réside dans le fait que 50 ans après cette période, le Québec vit
toujours son rapport de malaise avec le passé. Fernand Dumont
l’avait bien vu en 1958, il y aurait un « vide spirituel » à combler.

Professeur émérite de l’Université McGill, Yvan Lamonde a publié une suite (1896-1929) à cette histoire des idées. Il l’a poursuivie avec La modernité au Québec. La Crise de l’homme et de l’esprit (1929-1939) qui se terminera avec La victoire différée du présent sur le passé (1939-1965). En 1995, il a remporté le Prix du Gouverneur général pour son ouvrage Louis-Antoine Dessaulles, un seigneur libéral et anticlérical (Fides).
Histoire sociale des idées au Québec - tome II

Histoire sociale des idées au Québec - tome II

Yvan Lamonde
Première synthèse d'histoire intellectuelle du Québec, cette étude suit sur deux siècles (1760-1960) une double trame : celle des grands courants d'idées qui ont marqué la société et celle du développement de ses institutions culturelles. Elle couvre le cycle complet de la production, de la diffusion et de la réception des idées.
Le second chapitre (1896-1929) de l'Histoire sociale des idées au Québec aborde une période de transition et de défis : la tradition se frotte constamment à la modernisation et à la modernité. L'époque s'ouvre sur une question, celle de L'avenir du peuple canadien-français (1896) d'Edmond de Nevers, et culmine avec la crise économique, sociale et spirituelle de la décennie 1930. L'avenir sera du côté de l'émergence, à travers les figures d'Henri Bourassa et de Lionel Groulx, de deux variantes du nationalisme qui traversera le XXe siècle québécois.

La vie en ville, la consommation de masse étalée dans les catalogues des magasins à rayons, le sport professionnel et commercialisé, le cinéma, le travail le dimanche drainent une kyrielle de défis pour la langue, la religion et la culture de l'élite ; ces changements provoquent de nouveaux rapports entre employeurs et employés, entre femmes et hommes, entre Canadiens français et immigrants. Pour capter et infléchir cette transition* et faire face au présent, deux mots-clés servent de repères aux contemporains : doctrine et action.

Professeur d'histoire et de littérature à l'Université McGill, Yvan Lamonde est connu pour ses travaux sur l'histoire socioculturelle et intellectuelle du Québec. En 1995, il a remporté le Prix du Gouverneur général pour son ouvrage Louis-Antoine Dessaulles, un seigneur libéral et anticlérical (Fides). Il codirige le projet «Histoire du livre et de l'imprimé au Canada / History of the Book in Canada».
Jeanne Mance

Jeanne Mance

Françoise Deroy-Pineau
«Infirmière sans frontières» avant la lettre, Jeanne Mance est née à Langres en 1606. Sa passion de soigner lui fait traverser l’océan pour venir fonder l’Hôtel-Dieu de Montréal en 1645. Ses voyages entre les deux mondes la mènent aussi à naviguer entre les frontières sociales. C’est ainsi qu’elle rencontre à Paris une richissime bailleuse de fonds, Angélique de Bullion; puis à La Rochelle, le promoteur de la Société Notre-Dame de Montréal, Jérôme Le Royer, et le futur gouverneur de la ville, Paul de Chomedey. Elle meurt à l’âge de 67 ans à Montréal, où, trois siècles plus tard, les traces de sa vie bien remplie sont encore visibles.

Françoise Deroy-Pineau a beaucoup fait pour sortir de l’ombre les pionnières
de la Nouvelle-France en racontant leur vie avec le style vivant et l’érudition précise qui
la caractérisent. La vie d’exception qu’elle nous livre ici est non seulement une ­précieuse
œuvre de mémoire, mais aussi le rappel de l’étendue du champ des possibles qui s’ouvrait
aux Françaises du XVIIe siècle.
Extrait de la préface de Dominique Deslandres

Canadienne et française, montréalaise et tourangelle, Françoise Deroy-Pineau est journaliste et sociologue, spécialisée en socio-histoire. Ses travaux sur les pionnières de la Nouvelle-France l’ont fait connaître dans la francophonie.
Quand la caricature sort du journal

Quand la caricature sort du journal

Sous la direction de Micheline Cambron et Dominic Hardy avec la collaboration de Nancy Perron
Baptiste Ladébauche, né de l’esprit d’Hector Berthelot, paraît d’abord dans les pages du journal humoristique Le Canard en 1878. Auteur fictif de chroniques et de romans-feuilletons, dont Les Mystères de Montréal, puis personnage de caricatures, il survit au décès de son créateur et son image, sa langue et sa voix se progagent dans les médias québécois. Héros des débuts de la bande dessinée québécoise, vétéran de milliers de caricatures signées par Albéric Bourgeois entre 1905 et 1957, Ladébauche sort aussi du journal et se manifeste dans la publicité, sur la scène, sur disque et à la radio grâce à de nombreux artistes comme Joseph Charlebois, Henri Julien, Edmond-Joseph Massicotte, Henri Miro, Corinne Dupuis-Maillet, Roméo Poirier, Charles Marchand et Elzéar Hamel. Figure identitaire incarnant sur un mode ironique le Canadien français type, il a marqué la société québécoise jusqu’au début de la Révolution tranquille et a modelé durablement le monde de la caricature au Québec.

Des spécialistes de littérature, d’histoire de l’art, de musicologie et d’archivistique mettent ici en lumière les divers aspects du personnage de Ladébauche, ainsi que de sa femme, Catherine, révélant l’importance d’un phénomène médiatique unique dans la culture québécoise.

Micheline Cambron est professeure au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal. Spécialiste de la littérature et de la culture québécoises des XIX e et XX e siècles, ses activités de recherche ont principalement porté sur les formes de l’utopie, sur les relations entre presse et littérature et sur les questions d’histoire littéraire. Elle a dirigé l’ouvrage La vie culturelle à Montréal vers 1900 (Fides 2005) et codirige actuellement, puis avec Denis Saint-Jacques et Lucie Robert, l’équipe interdisciplinaire Penser l’histoire de la vie culturelle.

Dominic Hardy, professeur d’histoire de l’art du Québec et du Canada à l’Université du Québec à Montréal, est directeur de l’Équipe de recherche en histoire de l’art au Québec (ERHAQ) et du groupe Caricature et satire graphique à Montréal (CASGRAM). Ses recherches et ses publications portent sur les rapports entre la caricature et les courants artistiques et idéologiques au Québec (1759-1960).

Nancy Perron, doctorante à l’UQAM, où elle examine la construction de l’identité dans la caricature de presse à Montréal (1920-1960), a fait ses études de maîtrise sur le contexte scientifique et culturel d’un ensemble de dessins réalisés par Guido Molinari.
Mission sur Terre

Mission sur Terre

Robert Calderisi
Traduit de l’anglais par Richard Dubois

Malgré le nouveau ton rafraîchissant du pape François, peu d’Occidentaux admirent l’Église catholique, la plus grande et peut-être aussi la plus controversée des organisations de la planète. Plusieurs, parmi son milliard deux cents millions de fidèles, se disent déçus de son obstination sur les questions du célibat des prêtres, du rôle des femmes et du contrôle des naissances; d’autres trouvent honteux qu’elle ait mis tant de temps pour traiter de manière convaincante le scandale des agressions sexuelles sur des enfants. Mais dans le monde en développement, le jugement porté est radicalement différent. Toujours critiques sur certains sujets, comme les avoirs de l’Église, les catholiques et les non-catholiques soulignent son impressionnante contribution aux soins de santé, à l’éducation et à la justice sociale partout dans le monde.

Catholique à la fois informé et objectif, Robert Calderisi a sillonné l’Afrique, l’Asie et l’Amérique latine. Il s’est entretenu avec des cardinaux dans les lieux saints du Vatican, avec des religieuses en charge de cliniques dans les sinistres bidonvilles de l’Amérique latine et avec des prêtres bataillant pour faire respecter les droits des plus pauvres en Afrique, mais aussi avec les critiques occidentaux des activités de l’Église. Dans cet ouvrage passionnant, l’auteur passe en revue les tensions et paradoxes sévissant au sein de l’Église: d’un côté, des complicités avec les génocidaires du Rwanda et avec les dictatures de l’Argentine, de l’autre, la défense des droits humains au Brésil et au Salvador; le refus, tout récemment encore, d’avaliser l’usage du condom en Afrique, et en même temps, une affirmation appuyée du droit des filles à l’éducation. Voici donc une enquête fascinante qui suscitera la plus vive attention des lecteurs de toute foi — et de ceux qui n’en professent aucune.

«Peu de lecteurs s’approcheront du livre de Robert Calderisi avec l’esprit ouvert. Les fidèles ne vont pas apprécier son évaluation franche des transgressions de l’institution, tandis que les détracteurs seront mal à l’aise avec son énumération élogieuse des bonnes actions de l’Église. Pourtant, tous ont beaucoup à apprendre dans ce livre.»
The Economist

Robert Calderisi est économiste et auteur. Il a derrière lui trente années d’expérience en développement international pour le compte du gouvernement canadien, de l’OCDE et de la Banque mondiale. Depuis qu’il a quitté la Banque en 2002, il a donné de nombreuses conférences aux quatre coins du monde sur l’Afrique, le développement et l’aide étrangère. Son ouvrage The Trouble with Africa: Why Foreign Aid isn’t working (Yale University Press, 2006), dont la traduction française L’Afrique peut-elle s’en sortir : Pourquoi l’aide publique ne marche pas, a paru chez Fides en 2007, a été décrit par le magazine The Economist comme l’un des meilleurs titres de l’année. Robert Calderisi partage sa vie entre Montréal et Paris.
L’École Nouvelle-Querbes

L’École Nouvelle-Querbes

Sous la direction de Laurence Houllier, Hélène Bombardier et Thérèse Dangléant
Cet ouvrage est le fruit de la réflexion d’un groupe formé de membres du personnel et de la direction de l’école alternative Nouvelle-Querbes sur les pratiques pédagogiques et éducatives de leur école. Les auteurs passent d’abord en revue les principes et les pratiques de l’école pour examiner par la suite très concrètement les rôles et les responsabilités de tous ceux qui interagissent dans le milieu. Donner la parole à cette équipe qui travaille selon une pédagogie centrée sur l’enfant et ses projets personnels, dans un contexte multiâge avec en toile de fond la différenciation pédagogique et la coéducation, tel est le but de ce livre.

Ce livre intéressera les étudiants en éducation, les universitaires, les enseignants, les parents, les partenaires de la communauté, les directions d’école, les commissions scolaires ainsi que tous les professionnels et acteurs de l’éducation. Il permet au lecteur de franchir la porte de l’école, d’y découvrir son quotidien, de lever le voile sur le milieu alternatif trop souvent mal compris. Il permet également de faire voir comment l’école alternative repose sur un réseau de relations fondé sur une vision commune de tous ses acteurs quant au programme de formation de l’école québécoise.

«Ce livre propose une pratique réflexive susceptible
d’inspirer tous ceux qui, au Québec et ailleurs, sont à la recherche de formes neuves
pour atteindre l’autonomie et faire accéder l’enfant à la pleine maîtrise de son développement.»
[Extrait de la préface de Georges Leroux]
Une école pour le XXIe siècle

Une école pour le XXIe siècle

Claude Ruel
Le monde a changé et l’école doit accompagner cette mutation en se transformant elle-même. Dans le contexte des grands défis – éthiques, sociaux, environnementaux et économiques – posés par notre époque, Une école pour le XXIe siècle nous invite à repenser les caractéristiques et les fondements essentiels de cette institution. Cet ouvrage propose une réflexion humaniste et stimulante sur la place centrale qu’y occupent les jeunes, et ce, dès l’école primaire, à cet âge si déterminant pour ce qu’ils deviendront plus tard. Observateur privilégié du milieu de l’enseignement, l’auteur y pose la question de l’évolution des rôles de celles et de ceux qui y interviennent, de celui de la famille ainsi que des différents acteurs sociaux qui l’accompagnent dans la poursuite de sa mission. Ce livre s’inscrit au cœur des grands débats actuels entourant l’école et se fait l’écho d’enquêtes nationales récentes qui invitent notamment à la préparation de citoyens à la fois créatifs, autonomes, polyvalents, entreprenants, capables d’innover et de solutionner des problèmatiques complexes.

Claude Ruel a participé aux grandes étapes de l’évolution du système scolaire québécois, depuis les années 1960, de la naissance des cégeps à la réforme de l’éducation. Collaborateur de l’UNESCO, il s’est aussi engagé auprès de l’Agence universitaire de la Francophonie, qui l’a nommé membre du conseil d’administration de l’Institut de la Francophonie pour l’Entrepreneuriat, à l’île Maurice, où il fut professeur invité de 2002 à 2012. En 2015, il était nommé membre du Jury international créé par le gouvernement français, à la suite d’un important appel de projets visant à développer en France la «culture de l’innovation et de l’entrepreneuriat».
Chroniques d’une musulmane indignée

Chroniques d’une musulmane indignée

Asmaa Ibnouzahir
En plus d’un récit autobiographique racontant les défis qu’elle a relevés en tant que jeune immigrante musulmane d’origine marocaine arrivée au Québec en 1994, Asmaa Ibnouzahir présente également une analyse éclairante sur des questions qui reviennent souvent dans nos médias au sujet de l’islam, des femmes et de la société: les musulmans «modérés», les crimes «d’honneur», le foulard, le féminisme islamique et bien d’autres. Islamiste pour certains et hérétique pour d’autres, Asmaa Ibnouzahir partage avec nous son parcours personnel et militant qui a fait d’elle la citoyenne québécoise musulmane, féministe et indignée qu’elle est aujourd’hui. Engagée dans les débats sociopolitiques qui ont traversé le Québec au cours de la dernière décennie, sur la religion, l’immigration et les valeurs québécoises, Asmaa Ibnouzahir livre un témoignage essentiel qui donne un accès sans précédent aux coulisses de ces débats.

Depuis une dizaine d’années, Asmaa Ibnouzahir est engagée dans la réflexion et les débats sociaux autour des droits de la personne, notamment sur les questions touchant autant à l’immigration et à la religion dans la sphère publique qu’au statut des femmes dans l’Islam. Elle a également voyagé et travaillé dans plus d’une quinzaine de pays en tant que spécialiste de la nutrition d’urgence humanitaire.
ÊTRE ET NE PLUS ÊTRE AUTISTE

ÊTRE ET NE PLUS ÊTRE AUTISTE

Nathalie Champoux
À l’été 2011, après avoir reçu un diagnostic d’autisme pour son fils aîné et une hypothèse d’autisme pour son fils cadet, Nathalie Champoux, une jeune mère de 31 ans, a entrepris des recherches qui l’ont menée vers une piste pour le moins étonnante: l’autisme — contrairement à ce que les médecins affirmaient — serait vraisemblablement réversible. Dès lors, elle s’est engagée dans une bouleversante quête pour guérir ses enfants. Aujourd’hui, l’un et l’autre sont en parfaite santé et ont un développement on ne peut plus normal.

À travers ce témoignage magnifique et touchant, on suit Nathalie Champoux, son conjoint et ses enfants dans leur quotidien d’abord ponctué de crises, de séances de thérapie, de plans d’intervention, de nuits épuisantes et même de moments de profond découragement, puis dans leurs démarches pour retrouver la santé.

Ce vibrant récit de courage et de détermination livre un important message d’espoir à tous les parents d’enfants autistes ou atteints d’un trouble neurologique ou de développement, mais aussi à toutes les personnes qui croient que, pour vaincre la maladie, il faut d’abord chercher à en comprendre les causes plutôt que d’en traiter uniquement les symptômes.
Quinze classiques de la littérature québécoise

Quinze classiques de la littérature québécoise

Dirigé par Sylvain Campeau et Patrick Moreau
Quelles oeuvres peuvent aujourd’hui être tenues pour des classiques de la littérature québécoise? Quels sont les romans, essais, pièces de théâtre, recueils de poésie d’écrivains d’ici qui méritent d’être lus, relus et étudiés en classe? En d’autres mots, quels livres sont susceptibles de servir de jalons à l’histoire de cette littérature tout en présentant un intérêt évident pour le lecteur contemporain?
Une fabrique de servitude

Une fabrique de servitude

Roger Payette et Jean-François Payette
L’aspiration à l’indépendance nationale est d’abord une question politique. Toutefois, les obstacles qui se dressent sur la route de l’affranchissement d’un peuple logent souvent dans la dimension culturelle, qui devient un aliénomoteur de la subordination nationale par le divorce qu’elle opérera, par exemple, entre la parole et l’action chez la collectivité. Pour découvrir les principales composantes de cet aliénomoteur culturel, l’art, et particulièrement l’écrit, est un formidable révélateur. En analysant trois oeuvres québécoises majeures − à savoir Un homme et son péché de Claude-Henri Grignon, Les Belles-soeurs de Michel Tremblay et La Petite Vie de Claude Meunier − les auteurs passent en revue les éléments socioculturels qui façonnent la définition que les Québécois se donnent d’eux-mêmes comme collectivité et qui transforment leur culture nationale, pourtant si féconde, en une fabrique de servitude. Après avoir analysé les sources de cet assujettissement et ses conséquences douloureuses, les auteurs proposent une démarche d’affranchissement afin que le peuple prenne sa vie collective en main en s’appropriant un agir qui lui permettra de se rétablir dans le bonheur authentique de collaborer à la construction d’un monde commun.

Roger Payette est historien. Il a publié plusieurs articles dans la revue Bulletin d’histoire politique.

Jean-François Payette est politologue. Il est l’auteur de nombreux ouvrages en sciences humaines.

En 2013, les auteurs ont été les récipiendaires du prix Pierre-Vadeboncoeur pour leur ouvrage intitulé Ce peuple qui ne fut jamais souverain. La tentationdu suicide politique des Québécois.
Histoire sociale des idées au Québec - Tome I

Histoire sociale des idées au Québec - Tome I

Yvan Lamonde
Première synthèse d’histoire intellectuelle du Québec, cet ouvra­ge suit sur deux siècles une double trame: celle des grands courants d’idées qui ont marqué la société et celle du déve­lop­pement de ses institu­tions culturelles. Il couvre le cycle complet de la production, de la diffusion et de la réception des idées.

Ces idées, de caractère civique plus que strictement politique, se retrouvent dans le discours des personna­ges publics et font ­l’objet de débats souvent viru­lents  monarchisme et ­républi­canisme, démo­cratie et contre-révolution, loyalis­me et nationalisme, libéralis­me et ultra­mon­­tanisme. Du début du Régime bri­tan­nique au tournant du XXe siècle, cette histoire intellectuelle est aussi mise en rapport avec celle des métropo­les cultu­relles, la France, la Grande-Bretagne, les États-Unis et le Vatican.

Des institutions d’enseignement et des librairies jusqu’aux sports et aux activités de loisir, Yvan Lamonde met brillamment en pers­pec­tive toutes les dimensions culturelles d’une socié­té qu’on n’a pas fini de découvrir.

Professeur émérite de l’Université McGill, Yvan Lamonde a publié une suite (1896-1929) à cette histoire des idées. Il l’a poursuivie avec La modernité au Québec. La Crise de l’homme et de l’esprit (1929-1939) qui se terminera avec La victoire différée du présent sur le passé (1939-1965). En 1995, il a remporté le Prix du Gouverneur général pour son ouvrage Louis-Antoine Dessaulles, un seigneur libéral et anticlérical (Fides).
Chronique d’ une vie sur deux millénaires

Chronique d’ une vie sur deux millénaires

Normand cazelais
Je suis né en 1944 de parents ouvriers. J’ai fait mon cours classique et je suis devenu géographe. Marié, divorcé, je suis père de quatre enfants. Je suis chanceux: je vis un nouvel amour depuis douze ans.

Écrire sa vie est une forme de voyage au cœur de soi. Dire, expliquer, se souvenir, raconter sont autant de moyens de travailler à mieux se comprendre. Volontairement ou non, des choix s’imposent, des tris s’exercent. Au final, ce n’est pas tant les particularités d’une vie qui importent, mais plutôt en quoi cette vie témoigne de ce qui a animé toute une époque. Le récit de ma vie raconte l’histoire d’une génération qui a vécu sur deux millénaires. Une génération qui a connu de profondes et rapides transformations sociales, techniques, politiques et culturelles, à une époque où il était facile de croire que tout était possible. Une génération à laquelle j’appartiens pleinement !

« Ce qu’il y a d’intéressant dans une autobiographie quand elle est bien faite, c’est qu’elle nous en apprend autant sur son époque que sur celui qui la signe. Il faut ranger celle de Normand Cazelais dans cette catégorie. La plupart des grands événements qui ont marqué la vie de cet homme polyvalent nous renvoient l’image et évoquent les souvenirs d’une génération. »
Claude Gravel, extrait de la préface

Géographe de formation, Normand Cazelais a été tour à tour journaliste, chroniqueur à la télé et à la radio, écrivain et professeur. Il a travaillé pendant plusieurs années en aménagement du territoire et en environnement à Hydro-Québec et, pendant cinq ans, il a été commissaire à la Commission de toponymie du Québec. Conférencier recherché, romancier, Normand Cazelais est l’auteur d’une vingtaine de livres.
Les Ursulines de Québec

Les Ursulines de Québec

Christine Cheyrou
Cet ouvrage, abondamment illustré, a été conçu comme une clé d’entrée donnant accès à l’un des monastères les plus anciens d’Amérique du Nord.
Les Suites pour violoncelle seul

Les Suites pour violoncelle seul

Eric Siblin
Voici un livre hybride, qui tient autant de l’enquête policière que de la biographie, autant de l’histoire politique et artistique que de la quête personnelle. Aussi passionnant à lire qu’un bon roman, aussi instructif qu’un documentaire, aussi bouleversant qu’une lettre d’amour, il raconte l’histoire d’un chef-d’œuvre de la musique baroque: les Six suites pour violoncelle seul de Bach.

Énorme succès dans le monde anglophone, sur trois continents, traduit en une dizaine de langues, l’ouvrage a reçu le prix Mavis-Gallant et le McAuslan First Book Prize, et a été choisi Livre de l’année en 2010 par le magazine The Economist.

Journaliste, Eric Siblin a fait des études en histoire à l’Université Concordia, à Montréal, où il vit toujours. Il a codirigé plusieurs documentaires pour la télévision et collaboré à divers magazines. Les Suites pour violoncelle seul est son premier livre.
L’indépendance  par la  République

L’indépendance par la République

Danic Parenteau
Au Québec le mouvement indépendantiste est au plus bas dans les urnes et dans les esprits.
Une carrière au service  du coopératisme

Une carrière au service du coopératisme

Claude Béland
Passant en revue les grandes étapes de sa fructueuse carrière, Claude Béland se raconte à travers l’histoire du coopératisme québécois des soixante-dix dernières années.
Thérèse Casgrain (format compact)

Thérèse Casgrain (format compact)

Nicolle Forget
Thérèse Casgrain est un formidable personnage qui a traversé presque tout le siècle dernier. On se souvient d’elle surtout pour avoir été la «suffragette en chef» lors de la longue marche des femmes du Québec vers l’obtention du droit de vote.
L'histoire en images du Canada français de Jean-Baptiste Lagacé

L'histoire en images du Canada français de Jean-Baptiste Lagacé

Olga Hazan
Livre numérique

Jacques Cartier découvrant le Canada. Madeleine de Verchères défendant le fort contre une attaque des Iroquois. Louis Jolliet explorant le Mississipi. Derrière ces images tirées de l’histoire du Canada, un artiste: Jean-Baptiste Lagacé, dont le pinceau servait autant à l’instruction des écoliers canadiens-français qu’au divertissement des foules lors des défilés de la Saint-Jean-Baptiste.
Le Canada français en images

Le Canada français en images

Olga Hazan
Derrière ces images tirées de l’histoire du Canada, un artiste : Jean-Baptiste Lagacé, dont le pinceau servait autant à l’instruction des écoliers canadiens-français qu’au divertissement des foules lors des défilés de la Saint-Jean-Baptiste.
La géométrie de l'amour

La géométrie de l'amour

Margaret Visser
En librairie le 14 novembre 2014

Dans cette nouvelle étude menée avec brio, l’auteure maintes fois primée Margaret Visser entraîne le lecteur dans l’exploration fascinante d’une petite et banale église, Sant’Agnese fuori le mura, à Rome, pour en révéler toute la signification et redonner du coup ses lettres de noblesse à un tourisme plus attentif et pas­sionné.
Fêtes, traditions et symboles chrétiens

Fêtes, traditions et symboles chrétiens

Guy Durand
Ère chrétienne — Calendrier grégorien — Fêtes civiles et sociales (Noël, Pâques, Toussaint, Saint-Valentin, Action de grâce...) — Coutumes populaires (crèche de Noël, oeufs de Pâques...) — Symboles omniprésents (croix, croix de chemin...) — Toponymie — Jurons
Finir le jour

Finir le jour

Nathalie Billon
«L’éventualité de la mort, et surtout comment ça va se passer? Ça m’inquiète.»

«Lorsque les gens savent que tu vas partir, ils te disent ouvertement ce qu’ils pensent de toi. Tout converge vers le bonheur que tu leur as donné. Ça me touche tellement.»

«J’aime les gens qui agissent normalement. Je suis encore là et je suis pareille comme avant. Je ne veux pas qu’on pense juste que je vais mourir.»

La fin. Le moment où nous balançons ultimement vers l’inconnu. Ce moment, nous savons tous qu’il sera impossible d’y échapper. Pour certains d’entre nous, cela arrive très vite, sans préméditation. Pour d’autres, le chemin vers ce dénouement se mesure en jours, en heures et finalement, il y a l’instant, juste avant... Écris dans un style accessible qui évoque le reportage, Finir le jour parle précisément de cette étape et explore les questions liées à la fin de vie. L’auteure est allée à la rencontre de ces femmes et ces hommes en phase terminale pour entendre ce qu’ils avaient à dire sur leur état. Le résultat donne un ouvrage touchant de vérité.

Née sur la Rive-Sud de Montréal, Nathalie Billon possède une formation en communication radio/télévision et a collaboré occasionnellement avec Radio-Canada en tant que reporter. Finir le jour est son premier livre.
Vérité et pertinence

Vérité et pertinence

Gregory Baum
Dans ce livre, Gregory Baum présente, contextualise et interprète les écrits théologiques qui ont jalonné l’histoire du Québec depuis 1960.
La gestion en images

La gestion en images

Louis Roquet
Les images jouent un rôle essentiel dans notre vie: elles expliquent, elles inspirent, elles motivent, elles nous enchantent ou nous révoltent. Elles nous aident à communiquer, à voir les choses sous un autre angle, elles suggèrent des stratégies ou des tactiques.

Leur force vient du fait qu’elles font appel à la fois à l’intelligence et aux sentiments: les plus justes d’entre elles, les plus puissantes, ne se limitent pas à illustrer, à fournir un exemple. Elles enrichissent notre compréhension des phénomènes, des objets ou des personnes auxquelles on les applique. Elles ouvrent des pistes de solution inattendues.

Dans La gestion en images, l’auteur nous laisse entrevoir le rôle qu’ont joué et que jouent encore les images dans sa pratique de la gestion. Parfois cocasses, parfois émouvantes, elles sauront nous inspirer comme elles l’ont inspiré.

Louis L. Roquet a œuvré dans trois univers: l’enseignement universitaire, le secteur privé, puis l’administration publique au niveau municipal, régional et à la tête de sociétés d’État à vocation commerciale. Il terminait récemment un mandat de deux ans en Algérie et assume depuis quelques mois la présidence du Conseil d’administration d’Investissement Québec, qu’il avait fondé en 1998.
Le collège classique pour garçons

Le collège classique pour garçons

Louise Bienvenue, Ollivier Hubert, Christine Hudon
Les collèges classiques québécois étaient les héritiers d’un modèle pédagogique né à la Renaissance qui s’imposa partout en Europe, voire au-delà. Leur dessein était de former les garçons issus de milieux favorisés à l’humanisme chrétien. Du tournant du
XIXe siècle aux premières décennies du XXe siècle, le territoire québécois se couvre littéralement de collèges. Ceux-ci jouissent d’un grand prestige jusqu’à la Révolution tranquille.

Il y aura bientôt cinquante ans que les portes des collèges classiques se sont refermées pour ne plus s’ouvrir, mettant ainsi fin à plus de 300 ans d’histoire. Que reste-t-il aujourd’hui de ces vénérables maisonsqui formaient «l’honnête homme» et préparaient la relève du clergé catholique canadien-français? Le collège classique semble encorebien vivant dans la mémoire collective. Certains en sont nostalgiques. D’autres s’inquiètent de voir resurgir les principes d’une éducation jugée désuète, élitiste et sexiste. Par-delà les mémoires contrastées, le présent ouvrage propose de rouvrir les portes de ces collèges et de jeter un regard renouvelé sur une institution fondamentale dans l’histoire duQuébec.

Les différentes contributions qui composent l’ouvrage cherchent à revisiter la représentation monolithique du collège classique qui a cours encore. Elles examinent l’institution en tant que pépinière d’hommes, disséminant tant bien que mal un modèle de masculinité et une éducation sentimentale qui n’ose dire son nom. Présentant, tour à tour, les personnages qui forment ce milieu de vie singulier, les auteurs s’intéressent également à l’image que le collège classique a donnée de lui-même au cours de son histoire ainsi qu’à l’empreinte profonde qu’il a laissée dans la culture québécoise.
Un voyage au cœur de soi

Un voyage au cœur de soi

Jacques Ross
L’amour, le sexe et la liberté d’être et d’agir sont trois expériences centrales dans l’existence de tout être humain. Comment passer de l’attachement dépendant à l’amour authentique, du sexe compulsif au sexe sacré, du conditionnement à la liberté d’être et d’agir?
Arias pour Claude Vivier

Arias pour Claude Vivier

Louise Bail
«Il ne dormait jamais sans que la pièce soit éclairée. Tous ses amis le savaient. À sa mort, des quantités incroyables d’ampoules électriques furent trouvées dans son placard. Il avait peur du noir. Cela devait remonter à la crèche, où sa mère l’avait laissé après y avoir accouché.
Religions et laïcité

Religions et laïcité

Sous la direction de Bruno Demers et Mathieu Lavigne
En septembre 2013, le gouvernement du Parti québécois rendait public un projet de « Charte des valeurs québécoises » qui poursuivait trois objectifs : définir les règles pour les accommodements religieux, affirmer les valeurs québécoises et établir la neutralité religieuse de l’État. Des débats tantôt sereins, tantôt houleux s’ensuivirent
La civilisation de la Nouvelle-France

La civilisation de la Nouvelle-France

Guy Frégault
Par l’un des historiens québécois les plus importants, un ouvrage essentiel qui analyse les différents aspects du régime politique en Nouvelle-France, entre 1713 et 1744, au cours d’une période déterminante dans la formation et le développement d’une identité nationale.
Pourquoi ne pas devenir riche?

Pourquoi ne pas devenir riche?

Maurice Angers
Pourquoi ne pas devenir riche? Est-ce à la portée de tous de
se hisser vers les plus hauts sommets de la richesse? L’effort,
les études, la volonté, l’habileté, voire la loterie, peuvent-ils y
conduire?
Brouillon de culture québécoise

Brouillon de culture québécoise

Guy Durand
«La démocratie est le pire des régimes à l’exception de tous
les autres», a dit Churchill. C’est faux, évidemment ! Mais c’est dire combien elle est fragile et combien elle a toujours besoin d’ajustements, de réformes et d’enracinement.
Miser sur l'égalité

Miser sur l'égalité

Sous la direction d'Alain Noël et Miriam Fahmy
Dans la plupart des démocraties avancées, les inégalités ont augmenté depuis le milieu des années 1980. Le ­Québec a en partie résisté à cette tendance, mais la pression demeure forte. Nos sociétés, en effet, tolèrent de plus en plus l’existence d’inégalités.
Précis républicain à l'usage des Québécois

Précis républicain à l'usage des Québécois

Danic Parenteau
Ce précis part d’un constat : il existe au Québec une pratique sociale républicaine fort répandue et enracinée dans l’imaginaire collectif. Pourtant, chez les Québécois, cette aspiration confuse aux idées et aux valeurs de la République ne sait pas dire son nom, faute d’avoir été pensée et théorisée. Pourquoi la pratique républicaine n’a-t-elle jusqu’ici jamais été pleinement assumée par les Québécois eux-mêmes ?
Je me souviens?

Je me souviens?

Jocelyn Létourneau
Parce qu’il conteste une ribambelle d’idées reçues, ce livre sera discuté. À l’encontre de ce que l’on dit, les jeunes Québécois s’intéressent à l’histoire de leur société. Ils sont capables de visions d’ensemble du parcours de leur collectivité – visions politiques soit dit en passant ! Et ils se montrent fiduciaires de l’expérience historique du Nous – ou plutôt des Nous québécois, selon qu’ils sont «anglos» ou «francos».
Jean-Marie Beaudet, l'homme-orchestre

Jean-Marie Beaudet, l'homme-orchestre

Josée Beaudet
Il fut un pianiste de premier plan, prix d’Europe 1929, accompagnateur privilégié et ami du ténor Raoul Jobin, pour ne citer que ce nom.
Il fut un chef d’orchestre doué, fondateur et directeur musical de l’orchestre du Centre National des Arts à Ottawa.
Il fut un pionnier de Radio-Canada, son premier directeur musical pan-canadien, à une époque où la radio était reine et la télé, culturelle...
Repères ultimes

Repères ultimes

Georges Hélal
L’époque actuelle connaît des transformations profondes de divers ordres, qui rendent incertaines des valeurs et des croyances qui furent l’apanage d’un passé relativement récent. Cet effritement a des conséquences d’ordres moral et existentiel.
Les transmissions  familiales aujourd’hui

Les transmissions familiales aujourd’hui

Sous la direction de Myriam Jézéquel et Françoise-Romaine Ouellette
Que voulons-nous transmettre à nos enfants, petits-enfants, beaux-enfants? Que transmettons-nous en réalité de notre histoire, nos valeurs, nos rites?
La surchauffe de nos agendas

La surchauffe de nos agendas

Christine Lemaire
Votre cœur s’emballe et l’anxiété vous submerge en regardant votre agenda ? Nous considérons souvent notre temps comme un tiroir à remplir à pleine capacité, comme une ressource à exploiter au maximum.
Remonter le courant

Remonter le courant

Margot Campbell
La comédienne Margot Campbell remonte le courant de ses souvenirs dans un récit de vie captivant et empreint de poésie, de son enfance dans la vallée du Richelieu jusqu’à ses premiers pas sur les planches, ses premiers rôles, sa carrière et sa vie de famille.
Confucianisme et leadership

Confucianisme et leadership

Michel Dion
Pour comprendre en profondeur le système économique et politique chinois, il faut porter un regard attentif au confucianisme, puisque c’est la philosophie qui a exercé une influence déterminante sur l’histoire du pays tout entier.
Ce peuple qui ne fut jamais souverain

Ce peuple qui ne fut jamais souverain

Roger Payette et Jean-François Payette
À trois reprises, le peuple québécois a pensé se donner un tel appareil social — avec les Patriotes (1830-1838) et avec le mouvement souverainiste créé par René Lévesque (référendum de 1980 et référendum de 1995) — et à ces trois occasions, des forces contraires se sont employées à l’égarer en le poussant à l’inaction collective, au suicide politique.
Vers une démocratie  désenchantée?

Vers une démocratie désenchantée?

Gilles Lebelle et Daniel Tanguay
Depuis plus de trente ans, le philosophe français Marcel Gauchet explore le destin de la modernité politique. Observateur attentif du phénomène démocratique, il a tenté de saisir plus récemment le sens de la crise contemporaine des démocraties libérales.
La désobéissance civile et nous

La désobéissance civile et nous

Guy Durand
Tout ce qu’il faut savoir pour comprendre et analyser la récente contestation étudiante : histoire et ampleur de l’objection de conscience, rôle de la conscience face à la loi, exercice de la démocratie, ainsi que notion de désobéissance civile avec ses justifications et ses conditions de légitimité, ses risques et ses avantages.
Thérèse Casgrain

Thérèse Casgrain

Nicolle Forget
Thérèse Casgrain est un formidable personnage qui a traversé presque tout le siècle dernier. On se souvient d’elle surtout pour avoir été la « suffragette en chef » lors de la longue marche des femmes du Québec vers l’obtention du droit de vote.
Une naissance heureuse

Une naissance heureuse

Isabelle Brabant
Depuis sa première édition il y a plus de vingt ans, Une naissance heureuse a accompagné des milliers de femmes durant leur grossesse et la naissance de leur bébé. Nouvellement mis à jour pour répondre aux besoins et aux questionnements de la femme enceinte, ce livre explique en détail tout le processus de la grossesse et de l’accouchement, du début du travail jusqu’à l’arrivée du bébé.
L’éducation en péril

L’éducation en péril

Sous la direction de Serge Cantin
Lorsque la décision fut prise de consacrer ce deuxième numéro des Cahiers Fernand Dumont à « la crise de l’éducation », rien ne laissait présager que, quelques mois plus tard, le Québec allait être le théâtre d’une « crise étudiante » sans précédent.
Un dialogue   intergénérationnel  sur le modèle coopératif

Un dialogue  intergénérationnel  sur le modèle coopératif

Claude Béland, Jean-Emmanuel Bouchard, Jean-Pierre Girard
La proclamation de 2012, année internationale des coopératives par l’Organisation des Nations unies, est une formidable occasion de réfléchir sur l’apport de ce modèle unique d’entreprise dans notre société et, plus globalement, à l’échelle mondiale.
Dans l’assiette de l’autre… avec Françoise Kayler

Dans l’assiette de l’autre… avec Françoise Kayler

Hélène-Andrée Bizier
Cette formule est empruntée à Françoise Kayler qui l’utilisait pour illustrer un aspect très particulier de son travail qui consistait à s’intéresser au contenu des plats servis à ses compagnons de table autant qu’à sa propre assiette.
Régénérations

Régénérations

Sous la direction de Miriam Fahmy de l’INSTITUT DU NOUVEAU MONDE
Le Québec est une des sociétés où le vieillissement collectif sera le plus rapide au monde. La proportion de jeunes va en diminuant. Les aînés pour leur part vivent plus longtemps et en meilleure santé qu’avant. L’équilibre entre les générations sera bousculé.
Chronique d’un photographe

Chronique d’un photographe

François Brault
François Brault est photographe et cinéaste. Sa filmographie est impressionnante, principalement en tant que directeur de la photographie ou réalisateur, mais aussi comme scénariste.
La revenance chez Anne Hébert

La revenance chez Anne Hébert

Sous le direction d'Isabelle Boisclair
Apparitions, retours, répétitions de toutes sortes: le lecteur et la lectrice reconnaîtront l’importance de ceux-ci à la cohérence du corpus hébertien.
Regards asiatiques sur l’œuvre d’Anne Hébert

Regards asiatiques sur l’œuvre d’Anne Hébert

Sous la direction d'Isabelle Boisclair
Une délégation de neuf universitaires coréens et japonais est venue à Montréal, en juillet 2010, pour une journée d’étude entièrement consacrée à la littérature québécoise et, plus particulièrement, à Anne Hébert
L’ÉVOLUTION DU COOPÉRATISME DANS LE MONDE ET AU QUÉBEC

L’ÉVOLUTION DU COOPÉRATISME DANS LE MONDE ET AU QUÉBEC

Claude Béland
De partout dans le monde fusent des appels au changement. Alors que l’espoir est exprimé dans les grandes chartes des droits de l’homme ou dans les constitutions des pays, l’ultralibéralisme exacerbé éloigne les populations de ce noble projet.
Sur les murs d'un Montréal qui s'efface

Sur les murs d'un Montréal qui s'efface

Textes Réjane Bougé, Photos Michel Niquette
Ce riche patrimoine urbain qui, peu à peu, disparaît témoigne d’une époque marquée par l’essor d’une classe moyenne au Québec, où tout semblait possible pour ceux qui trimaient fort.
Une autre  césarienne  ou un AVAC ?

Une autre césarienne ou un AVAC ?

Hélène Vadeboncoeur
Écrit par une femme qui a eu une césarienne, puis un accouchement par voie vaginale, ce livre décrit le contexte entourant de nos jours l’accouchement.
Claude Ryan — Un éditorialiste dans le débat social

Claude Ryan — Un éditorialiste dans le débat social

Pierre Pagé
Dans tous les conflits et toutes les questions de société, ­devant les pouvoirs politiques municipaux, québécois ou fédéraux, face aux responsables syndicaux ou aux dirigeants religieux, Claude Ryan a fait valoir le droit d’une parole libre pour tous.