Vient de paraître

À chaque jour suffit sa joie

À chaque jour suffit sa joie

Jean Carette
À certaines étapes de la vie, sans doute davantage encore lorsqu’arrive l’âge de la retraite, on ressent le besoin de ­s’arrêter pour réfléchir à ce qui advient, à ce qui se passe autour de soi, dans la société dans laquelle on vit. Quelques pensées jaillies d’une plume alerte suffisent parfois pour amorcer une réflexion qui va ensoleiller le quotidien, redonner le goût de vivre, d’espérer, de s’engager même. C’est ce que propose Jean Carette dans ce livre qu’il faut « goûter » une page à la fois.
Les brèves réflexions qu’il livre sont « autant d’appels, écrit-il, à notre dignité d’humains et d’invitations aux courages indispensables ».
Jean Carette est professeur retraité de l’UQAM et délégué général d’Espaces 50+. Il s’est acquis une solide réputation d’expert dans toutes les questions relatives à la vieillesse. Conférencier très prisé, il est très souvent appelé à ­commenter dans les médias l’actualité touchant le troisième âge.
Les enfances de Fanny

Les enfances de Fanny

Louis Dantin
Le roman Les enfances de Fanny représente un cas unique dans les lettres québécoises: un roman «américain», écrit en français, par un Canadien français volontairement exilé à Boston, et qui traite de la vie des Noirs. Cette œuvre de Louis Dantin (pseudonyme d’Eugène Seers) intéresse pour plusieurs raisons. L’auteur a vécu une liaison amoureuse avec une Noire, Fannie, durant deux années, jusqu’à la mort de celle-ci; en outre, il a entretenu des liens étroits avec la communauté noire à Boston. L’auteur nous donne à lire de saisissantes «Scènes de la vie des Noirs aux États-Unis», comme l’indiquait un sous-titre envisagé, en y amalgamant son histoire personnelle. Craignant toutefois le scandale occasionné par ce sujet, Dantin a refusé que ce roman fût publié de son vivant; la présente réédition reprend l’édition originale parue en 1951, précédée ici d’une substantielle préface donnant un nouvel éclairage sur les sources, le contenu et l’accueil qui a été réservé à cette œuvre dont, selon le mot d’un critique de l’époque, «la fraternité humaine est comme le leitmotiv».
Devenir voyage

Devenir voyage

André Beauchamp
S’arrêter quelques instants et prendre le temps de réfléchir à sa vie comme si c’était un voyage. Pourquoi pas ? L’idée est séduisante.

Partir une heure, deux jours, un mois. S’évader d’un quotidien devenu trop lourd. Défaire les liens, changer les lieux pour échapper à l’enfermement, respirer la liberté à pleins poumons. Le voyage semble magique, à la fois promesse et mirage.
À considérer sa vie comme un voyage, à devenir voyage, de nouveaux horizons s’ouvrent rapidement à nos yeux. Tôt ou tard, se pose la question du sens qu’on veut donner à sa vie. «La vie est un voyage initiatique, écrit André Beauchamp, où l’objet réel du voyage est finalement soi-même.»

Quiconque est intéressé par la spiritualité — chrétienne ou autre — découvrira dans cet ouvrage bref des pistes intéressantes pour élargir ses horizons et approfondir sa vie intérieure.

Auteur
Prêtre catholique du diocèse de Montréal, André Beauchamp a partagé son travail d’écrivain entre la sauvegarde de l’environnement et une réflexion d’avant-garde sur la spiritualité chrétienne dans une société sécularisée. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, notamment Pour une sagesse de l’environnement (Novalis, 1992), Gérer le risque, vaincre la peur (Bellarmin, 1996), Environnement et Église (Fides, 2008) et Vivre sa vie comme un chant (Bellarmin, 2010).

Lettres aux femmes d’ici et d’ailleurs

Lettres aux femmes d’ici et d’ailleurs

Rachida M’Faddel et Céline Larouche
Au-delà des paroles convenues et des clichés que la société ­véhicule trop facilement, des femmes et des hommes ont accepté de prendre la parole. En toute liberté. Sans complaisance. Portés par l’espoir d’établir un véritable dialogue. Un dialogue qui révèle sans filtre ce qui les anime, leurs amours, les espoirs qu’ils caressent, les situations qui les blessent et qu’il faut dénoncer. Ces prises de parole ont en commun de crier haut et fort que ce qui unit les femmes et les hommes d’ici et d’ailleurs est beaucoup plus fort que ce qui les sépare. À les lire, on réalise qu’il devient possible de rêver d’un avenir différent, meilleur.
Parfois coups de gueule, parfois tendres billets d’amour, les lettres qui composent cet ouvrage sont écrites par des femmes et des hommes engagés, épris d’un Québec inclusif et pluriel.

Sous la direction de
Détentrice d’une maîtrise en littérature française de l’Université du Québec à Chicoutimi, chargée de cours, conférencière, journaliste, écrivaine et enseignante de français, Rachida M’Faddel est aussi membre du conseil d’administration de l’Association des femmes d’affaires marocaines du Québec et de l’Association Averroès de Toronto.

Enseignante, écrivaine et éditrice, Céline Larouche a publié plusieurs auteurs, a écrit romans, poèmes, nouvelles et contes pour enfant. Elle s’est impliquée dans le milieu culturel régional, a fondé l’association Les poètes du bleu pays et les Éditions SM.
Santé!

Santé!

Nathalie Champoux
Le guide pour toute la famille

Un ouvrage majeur, une référence et un guide pratique
pour tous ceux et celles qui désirent amorcer un virage santé.

Dans ce livre lumineux où la famille est à l’honneur, vous vous familiariserez avec les grands principes — à commencer par une saine alimentation — qui permettent de maintenir non seulement sa santé, mais aussi de faire reculer la maladie, y compris des conditions graves et prétendument irréversibles.

Pour aller plus loin sur la voie du mieux-être, vous y découvrirez également de nombreuses avenues à explorer ainsi qu’une centaine de recettes saines et savoureuses qui plairont aux petits comme aux grands.

Enfin, vous y trouverez une foule de références scientifiques et de nombreux textes de professionnels du secteur de la santé et de domaines connexes.

Santé! Le guide pour toute la famille :

aborde les causes pouvant engendrer nos malaises et maladies les plus divers
explique les fondements d’une alimentation favorisant la santé
décrit les principales étapes à suivre pour entreprendre un changement alimentaire et adopter un mode de vie sain
dresse des listes détaillées d’aliments permis ou proscrits
transmet les recommandations de professionnels sur la supplémentation, les intolérances alimentaires, l’assainissement de l’environnement, etc.
présente plus de 100 recettes savoureuses et (vraiment) saines, y compris des idées pour célébrer les fêtes d’enfants et autres grands événements

Avec la participation de Véronique Bourbeau, naturopathe agréée, de Jean-Yves Dionne, pharmacien, d’André Fauteux, éditeur et rédacteur en chef (La maison du 21e siècle et maisonsaine.ca), de Stéphane Bélainsky, président de 3E, et de plusieurs autres.

L'AUTEURE
Nathalie Champoux est l’auteure du livre à succès Être et ne plus être autiste ou comment notre famille a vaincu l’autisme… naturellement, paru chez Fides en 2015. Mère de trois enfants, elle a étudié en sciences pures au collège avant d’obtenir un baccalauréat en communication de l’Université du Québec à Montréal. Après la parution de son premier ouvrage, elle a entrepris d’écrire ce livre afin de partager ses connaissances et son expérience au sujet du mode de vie qui a permis à sa famille — et plus précisément à ses enfants — de recouvrer la santé, malgré un diagnostic qualifié d’irréversible par la communauté médicale.
Marie de l’Incarnation

Marie de l’Incarnation

Françoise Deroy-Pineau
Née à Tours en 1599, Marie Guyart, mieux connue sous le nom de Marie de l’Incarnation, est une femme d’exception. D’abord femme d’affaires prospère puis mystique chez les Ursulines, elle s’embarque pour la Nouvelle-France à l’âge de quarante ans. Elle implante, quelques années plus tard, le monastère des Ursulines à Québec, première école de filles en langue française en Amérique du Nord. Parmi ses multiples activités, elle trouve le temps d’entretenir une vaste correspondance, de rédiger plusieurs ouvrages sur les langues amérindiennes et de prodiguer ses conseils judicieux aux habitants et aux voyageurs de passage. Cette biographie trace un portrait saisissant d’une pionnière qui a contribué à l’exploration et à la construction du Nouveau Monde.

L'AUTEURE
Canadienne et française, montréalaise et tourangelle, Françoise Deroy-Pineau est journaliste et sociologue, spécialisée en socio-histoire. Ses travaux sur les pionnières de la Nouvelle-France l’ont fait connaître dans la francophonie.
Les engagés du Grand Portage

Les engagés du Grand Portage

Léo-Paul Desrosiers
Paru en 1938, chez Gallimard, Les engagés du Grand Portage est immédiatement salué comme un chef-d’œuvre. À travers la lutte qui oppose Nicolas Montour et Louison Turenne pour le contrôle du commerce des fourrures dans les pays d’En-Haut, Léo-Paul Desrosiers peint un monde impitoyable où le plus fort l’emporte toujours sur le plus faible. Comme aux âges primitifs, dans une nature vierge où les lois de la civilisation n’ont pas encore pénétré, les hommes se livrent un combat à mort, selon une éthique où la ruse, la feinte, le vice et la flatterie ne comptent pas moins que le courage et l’endurance.
Mon univers

Mon univers

Marc Chagall
Cette nouvelle traduction du récit autobiographique de Marc Chagall est la première réalisée en français à partir du texte yiddish original Eygens, publié dans la revue littéraire Di Tsukunft (Le Futur) de New York en 1925. Elle a été produite à partir d’une version antérieure à celle qui a été publiée en 1931 à Paris, sous le titre Ma vie. Elle présente l’immense intérêt de restituer le tapuscrit yiddish dans toute sa singularité, sans rien gommer – ni les références à la culture juive du shtetl, ni les allusions à la pratique religieuse, ni les passages évoquant l’éveil de la sexualité et de l’érotisme.

Dans une langue vive et un peu rêche, Chagall y raconte sa vie, de sa naissance à Vitebsk en 1887, petite bourgade juive (shtetl) de Biélorussie située au nord-est de Minsk, jusqu’à son retour dans son village natal en 1922, après avoir séjourné dans les grandes capitales de l’époque, Saint-Pétersbourg, Paris et Moscou.

Émancipé de ses origines modestes pour devenir un artiste accompli – un khudozhnik, en russe –, Chagall livre un texte « brut », qui allie une gravité aux accents lugubres à une verve légèrement débridée. Un texte à l’image des personnages extraordinaires, souvent en apesanteur, qu’il dépeint dans ses tableaux. Du récit au souvenir, le célèbre peintre oscille entre le passé et le présent, le plus souvent sans faire de transition, comme s’il s’adressait directement à son lecteur.

Une alimentation ciblée pour préserver ou retrouver la santé de l'intestin

Une alimentation ciblée pour préserver ou retrouver la santé de l'intestin

Jacqueline Lagacé
En 2011, Jacqueline Lagacé, Ph. D., publie l’ouvrage Comment j’ai vaincu la douleur et l’inflammation chronique par l’alimentation, qui suscite un immense intérêt tant au Canada qu’en Europe. Son blogue est rapidement inondé de témoignages et commentaires soulignant les bienfaits de la diète hypotoxique, pointant aussi les difficultés rencontrées. Infatigable chercheuse, Jacqueline Lagacé s’attelle aussitôt à la tâche, soucieuse d’apporter des réponses précises aux 1001 questions soulevées et de faire état des avancées de la recherche scientifique en ce domaine. L’ouvrage Une alimentation ciblée pour préserver ou retrouver la santé de l’intestin est le fruit de ce travail.

L’auteure y vulgarise les connaissances scientifiques les plus récentes concernant les liens entre les aliments consommés et les maladies inflammatoires chroniques. Elle indique comment et pourquoi les choix alimentaires sont en très grande partie responsables de l’équilibre ou du déséquilibre fonctionnel de l’intestin et, conséquemment, de la santé globale. Elle explicite aussi l’impact de la diète hypotoxique sur les maladies chroniques. Enfin, elle apporte un éclairage précieux sur des sujets controversés, comme la prise de suppléments de calcium, de vitamine D, d’oméga 3, la fiabilité des tests de détection des intolérances alimentaires, etc.

La réussite de la diète hypotoxique passe par une alimentation ciblée et cet ouvrage est l’outil indispensable pour y parvenir.
Me déshabiller n'a jamais été une tâche facile

Me déshabiller n'a jamais été une tâche facile

Jean Basile
Quatre homosexuels saisis au vol dans leurs débuts d’adultes, d’invertis, dans la ville nord-américaine de Montréal, depuis 1957 jusqu’aux deux tiers des supposées libératrices sixties, la décennie fl eurie de l’amour libre célébré entre gars et fi lles, au moment où les homosexuels faisaient plutôt face à la réprobation générale, au pouvoir répressif, à l’homophobie triomphante. Quatre gays québécois emportés dans le vent mauvais de la grande noirceur atlantiste — le caissier Müller, le journaliste Perrot, le dealer von Klein, le peintre Gastineau —, dont la vie sexuelle, écrit le préfacier Robert Lévesque, est « d’abord et avant tout une clandestinité, et un vice (à jouir, à punir ?), mais en même temps le moteur même de leur vie, c’est le plaisir de (et dans) l’interdit. Il ne s’agit absolument pas pour eux d’être tolérés. D’être intégrés ? La chose leur semble impossible…»
Une vertigineuse plongée dans l’univers de Jean Basile par le grand
roman inédit et inachevé que le romancier de La jument des Mongols laissa au tiroir, un vaste projet entrepris en 1984, abandonné en 1987, et qui paraît à près de cinq lustres de sa mort, grâce à son ancien collaborateur et ami Christian Allègre.
Une brève histoire des déesses

Une brève histoire des déesses

Patrick Snyder
On pourrait croire que les déesses appartiennent à une époque révolue. Or, il n’en est rien. Elles sont plus vivantes que jamais dans l’imaginaire occidental. Nous sommes en présence d’un véritable phénomène de société. Les « Vénus » du paléolithique supérieur ou la déesse égyptienne Isis sont devenues des égéries du très populaire « Mouvement de la Déesse », qui fait des millions d’adeptes à travers le monde. Gaïa, la déesse grecque, est reconnue comme la figure emblématique des groupes écologiques. Par ailleurs, de nombreuses recherches s’intéressent aux cultes des déesses qui auraient influencé la conception de Dieu dans les monothéismes. Que signifie pareil retour en force des déesses ? Laissez-vous guider par Patrick Snyder dans un voyage «initiatique» aux pays des déesses. Vous découvrirez que ces divinités issues des cultures anciennes aussi bien que contemporaines vous invitent à porter un regard critique sur une société marquée en profondeur par l’hégémonie du patriarcat politique, technoscientifique et religieux. Vous réaliserez qu’une société ne peut se penser, tant sur le plan culturel que religieux, sans l’apport du féminin. Quant à la place que vous voudrez peut-être réserver aux déesses dans votre propre démarche spirituelle, libre à vous de la déterminer…
La jument des Mongols

La jument des Mongols

Jean Basile
Deux garçons et une fille, Jérémie, Jonathan et Judith, une autre fille encore, Armande, et un souvenir de jeunesse, un certain Victor. Jérémie, le narrateur de ce récit, qui aime trop les femmes, Judith qui aime trop les hommes, Jonathan dont l’ambition est de n’aimer personne. Tout montréalais qu’ils soient, ce sont des « Mongols » en ce qu’ils vivent comme ces petits cavaliers noirauds sans autres lois que les leurs. Et en face d’eux : Armande. Elle est jeune et belle, imprévisible et charmante. Sans le vouloir peut-être, jument de bonne race, elle emportera nos trois sauvages dans son triple galop, un peu trop vite, un peu trop loin. Pour ce premier roman de ce qui allait devenir sa
trilogie des Mongols, Jean Basile a tracé le tableau brillant d’une dolce vita montréalaise, dans le Montréal des années 1960. Il dit : « Ce livre est une tragédievaudeville; mes personnages sont des Œdipes et des Cassandres revus et corrigés par notre monde digne de Feydeau et de Courteline. »
Une incorrigible passion

Une incorrigible passion

Jo Ann Champagne
Une incorrigible passion ! Celle qui habite les amoureux du livre, de la lecture, de l’écriture, voire même, de la restauration d'ouvrages anciens. Jo Ann Champagne, grande ambassadrice du livre devant l'éternel, s'est entourée de ces passionnés en provenance des deux côtés de l'Atlantique et leur a demandé de prendre la plume afin de partager leur ferveur. Parmi ses invités, un médiéviste, un poète, un astrophysicien, des journalistes, des auteurs connus, une libraire, un spécialiste de l’environnement, un linguiste et lexicographe, une bibliothécaire, un éditeur et deux camelots du magazine L’Itinéraire…

Impossible de résumer en quelques phrases la richesse des textes rassemblés dans cet ouvrage. Il faut le lire, le savourer, pour découvrir que « le livre a d’étranges pouvoirs », notamment celui de transformer la vie…
Nénuphar

Nénuphar

Maryse Barbance
« Si la nouvelle est affreuse je ne les laisserai pas faire. C’est ce que je me dis. Je ne sais comment décrire la terreur qui me saisit lorsque j’imagine ce qui peut advenir. Elle me pétrifie. L’humain n’est-il pas fait de l’intégrité de son être : âme, corps et voix? »

Au fil d’une écriture sensible, ponctuée d’évocations, Maryse Barbance nous fait pénétrer dans l’univers de Florence vivant dans l’interminable attente de nouvelles sur sa maladie. « Nénuphar. J’appelle la chose ainsi pour pouvoir vivre avec, et en hommage à Vian », écrit celle-ci. Le mal évoluant, les questions se multiplient : Qu’est-ce qu’une femme? Que signifie grandir? Aimer? Comment composer avec demain quand aujourd’hui se fait si fragile?
Pour échapper à ces interrogations lancinantes, Florence emprunte la voie de ses souvenirs. De Paris à Montréal, c’est sa vie qu’elle revoit — ses rêves, ses luttes, ses amitiés. Une vie dont elle a fait une traversée au bout de laquelle la maladie ressemble à un havre ultime !
« Dialoguer au moins autant que lutter, demander des trêves, refaire ses forces, louvoyer si nécessaire », consigne Florence en travaillant à rassembler ces mots « qui aident à vivre, à faire des petits tas, telles des graines en devenir, qui permettent de retenir des pensées quand tout se délite, de se retrouver quand tout s’effondre ».
Le calme succèdera-t-il à la tourmente ?
Aime comme Montréal

Aime comme Montréal

Marie-Christine Ladouceur-Girard
À l’occasion du 375e anniversaire de Montréal, Aime comme Montréal nous invite à découvrir 60 couples interculturels montréalais inspirants.

Qu’ils soient composés de natifs, d’immigrants, de membres des communautés culturelles ou Autochtones, tous livrent à l’auteure, Marie-Christine Ladouceur- Girard, leurs parcours croisés, leur intimité, leur vision du monde et celle de leur ville d’adoption.

À travers leurs témoignages, c’est à une authentique célébration de la diversité montréalaise à laquelle nous assistons.

Sous l’oeil attentif du réputé photojournaliste Jacques Nadeau (Le Devoir) et du talentueux photographe Mikael Theimer (Portraits de Montréal), Montréal révèle ses charmes et le quotidien de nos hôtes.

En plus de satisfaire la curiosité humaine, les histoires compilées dans ce livre déboulonnent les idées reçues et invitent au dialogue interculturel. Si Aime comme Montréal peut rapprocher, ce projet aura accompli ce pour quoi il a été imaginé : s’ouvrir à l’Autre et mieux vivre ensemble.
Adieu Alice

Adieu Alice

Normand Cazelais
Un homme émerge du coma privé d’une bonne partie de ses souvenirs… Il a mal à la tête. La maladie a creusé un gouffre infranchissable entre la vie pleine, heureuse, qu’il a menée, ponctuée de voyages à l’étranger, et cet état dans lequel il se trouve désormais enfermé, au sortir d’un coma. Il ne reconnaît même plus Alice, qu’il a aimée d’un amour tendre, délicat…

Mais il n’a pas perdu tous ses souvenirs. De sa « prison », des souvenirs passés émergent par bribes, sous forme de monologues, témoignant de sa vaste culture, du drame qu’il vit, alors qu’il n’est plus que l’ombre de lui-même.

Des dialogues entrecoupent les monologues de l’« absent ». Dialogues entre ses amis Robert et Jacques… Dialogues entre Charlotte, sa demi-sœur, et Alice, sa compagne de vie. Un tableau se dessine peu à peu et prend vie. À n’en pas douter, l’amour a été au rendez-vous. Mais qui aurait pu imaginer les chemins qu’a empruntés cet amour?
Crachin

Crachin

Éloïse Simoncelli-Bourque
Interpellée par Charlotte Guillemin, médecin coopérante à Mixco au Guatemala, Élisa Morinelli, journaliste d’investigation, s’envole vers ce pays d’Amérique centrale. Malgré les réticences de ses proches, elle accepte d’enquêter sur Aura del sol, une puissante entreprise d’extraction aurifère dont les activités menacent la vie des populations locales. Aussitôt descendue de l’avion, elle apprend que son associé, demeuré à Montréal, est victime d’un accident. Les policiers du poste 22 soupçonnent une tentative de meurtre.


En l’espace de ces quelques jours d’automne, Élisa Morinelli sera frappée par un crescendo de violentes émotions.

Enchaînant enlèvements et homicides, ce récit en chassé-croisé nous plonge dans un monde où l’appât du gain et la corruption font loi, tout en remémorant les atrocités de la guerre civile guatémaltèque.
La femme au parfum

La femme au parfum

Guy Bonneau
Il est à peine fait mention de cette femme dans les évangiles. On n’a retenu d’elle qu’un geste d’affection à l’endroit d’un dénommé Jésus. Mais sous la plume de Guy Bonneau, elle prend vie et, à travers elle, c’est la société du premier siècle de notre ère qui revit sous nos yeux.

Suzanne, c’est le nom de la femme au parfum. Elle vient d’une riche famille de commerçants d’origine juive. Elle a vécu sa jeunesse dans le luxe et l’opulence. Très jeune, elle a appris l’art du parfumeur. On la rencontre pour la première fois alors qu’elle est en voyage en Grèce. C’est à l’occasion de ce voyage, à Corinthe précisément, qu’elle fait la connaissance de celui qui va devenir son mari, Judas Iscariote.

C’est le point de départ d’une histoire d’amour bouleversante, entre une jeune juive de 15 ans, cultivée, imprégnée de philosophie grecque, et un juif de 22 ans qui étudie la Torah et veut compléter ses études pour devenir docteur de la Loi. Entre les études et le travail, au fil des relations qu’ils nouent, les nouveaux mariés vivent dans la fébrilité grandissante de l’attente du messie promis. Leur rencontre avec Jésus de Nazareth va changer leur vie. Leur histoire se termine par la mort de Judas dans des circonstances tragiques.


À paraître

Juifs et chrétiens au Canada

Juifs et chrétiens au Canada

Jean Duhaime et Gilles Routhier
Au cours de l’automne 2015, plusieurs événements ont souligné le 50e anniversaire de la déclaration Nostra Ætate concile Vatican II sur l’Église et les religions non chrétiennes. Cet ouvrage regroupe une sélection des communications présentées lors de la «Conférence du Jubilé de Nostra Ætate» (Montréal, 27 oct. – 1er nov.) et de la journée d’étude sur «Les relations judéo-chrétiennes au Canada: passé, présent, avenir» (Québec, 12 nov.). Ces textes témoignent de la transformation majeure opérée par Nostra Ætate, de sa réception et de ses échos dans le monde juif et chrétien, particulièrement en contexte canadien, tout en explorant les nouveaux défis du dialogue entre juifs et chrétiens.

AUTEURS
Jean Duhaime a été professeur d’interprétation biblique à la Faculté de théologie et de sciences des religions de l’Université de Montréal de 1976 à 2013. Spécialiste du judaïsme ancien, il a -collaboré à de nombreuses publications sur les manuscrits de la mer Morte. Activement engagé dans le dialogue entre juifs et chrétiens depuis de nombreuses années, il est l’actuel vice-président du Dialogue judéo-chrétien de Montréal et l’éditeur francophone du site Jewish-Christian Relations (www.jcrelations.net).

Gilles Routhier est doyen et professeur d’ecclésiologie et de théologie pratique à la Faculté de théologie et de sciences religieuses à l’Université Laval (Québec). Spécialiste de la réception du concile Vatican II, il s’est intéressé tout particulièrement, ces dernières années, au devenir du catholicisme québécois durant la période contemporaine. Il est l’auteur de plusieurs livres et articles en ecclésiologie.
Et jamais l’huile ne se tarit

Et jamais l’huile ne se tarit

Gregory Baum
Tout en traçant l’histoire de son cheminement théologique, Gregory Baum lève le voile sur une vie d’une extraordinaire fécondité dont on prend la mesure au fil des souvenirs qu’il fait revivre… pour notre plus grand plaisir. On connaît le théologien pour ses livres. La contribution de Gregory Baum à la réflexion théologique contemporaine est remarquable… Mais on connaît moins l’homme né en Allemagne, dans une famille protestante d’origine juive, à une époque marquée en profondeur par la montée du -nazisme. Dans cet ouvrage écrit alors qu’il a franchi le cap des 90 ans, on découvre comment les événements d’une vie particulièrement fertile en rebondissements ont constitué le terreau qui a nourri sa réflexion théologique. De confidence en confidence, vous rencontrerez tour à tour l’immigrant, le prisonnier de guerre, le converti, l’expert au concile Vatican II, l’universitaire engagé et… l’amoureux.

AUTEUR
Professeur émérite de la faculté de théologie de l’Université McGill, Gregory Baum est l’auteur de plus d’une vingtaine d’ouvrages. Il a enseigné 28 ans à l’Université de Toronto et a été expert au concile Vatican II. Il a publié notamment Le nationalisme – Perspectives éthiques (Bellarmin, 1998), Étonnante Église, l’émergence du catholicisme solidaire (Bellarmin, 2006) et Vérité et pertinence. Un regard sur la théologie catholique au Québec depuis la Révolution tranquille (Fides, 2014).
Et l’avenir était radieux

Et l’avenir était radieux

Bernard Dionne
Mathilde, David et Pierre rêvent de justice et de solidarité dans un monde qui s’enfonce dans la crise économique et dans la guerre. À Montréal, où ils adhèrent à l’idéal communiste, ils sont traqués par la police et par les hordes nazies d’Adrien Arcand. Aspirés par le combat mondial contre le fascisme, ils rejoindront les républicains, en Espagne, où sévit une impitoyable guerre civile qui fera plus de six cent mille morts entre 1936 et 1939.

Pierre, après un stage de formation révolutionnaire à Moscou, deviendra commissaire politique dans les Brigades internationales. Mathilde suivra Norman Bethune de l’hôpital du Sacré-Cœur jusqu’à Madrid, ville-martyre bombardée quotidiennement par les Heinkel de la légion Condor nazie. Et David, Juif montréalais, sera au cœur des actions du bataillon Mackenzie-Papineau de Brunete à Barcelone. Leurs destins se croiseront à travers les horreurs de la guerre et au hasard des rencontres parfois troublantes, parfois violentes, avec les combattants républicains espagnols et avec des légendes vivantes comme les correspondants de guerre Ernest Hemingway et Martha Gellhorn, puis les photojournalistes Gerda Taro et Robert Capa. Ils en seront profondément marqués, autant par l’intensité des combats et celle de leurs amours que par la folie des hommes et la trahison de leurs rêves.
AUTEUR
Né à Montréal en 1951, Bernard Dionne détient un doctorat en histoire de l’Université du Québec à Montréal. Il a enseigné l’histoire aux collèges de Saint-Jérôme et Lionel-Groulx, ainsi qu’à l’UQAM et à l’Université de Montréal. Auteur de nombreux ouvrages d’histoire et de pédagogie, il offre ici son premier roman.

Actualités



Fides sur Twitter