Vient de paraître

Le Québec à 5 km/h

Le Québec à 5 km/h

Nathalie Le Coz
Emboîtez le pas aux premiers explorateurs, à ceux qui n’écoutant que leur courage ont sillonné ce coin d’Amérique qu’est le Québec. Ils ont laissé des traces, mis par écrit leurs observations. Leurs voix résonnent encore à travers cet ouvrage. Laissez-les vous parler des rivières et des sentiers qu’ils ont empruntés.

Du fleuve à la baie James, en passant par la Côte-Nord, le
Grand Portage du Témiscouata, les monts Otish, les Chic-Chocs, la Métabetchouane, sans oublier les Laurentides et l’Outaouais, suivez leurs déplacements. Vous découvrirez avec eux des régions d’une beauté saisissante.

Mais n’hésitez pas aussi à chausser vos souliers de randonneurs.
Accédez aux sentiers actuels et aux parcours canotables passant directement sur les traces des anciens ou en périphérie. Pour chaque parcours ou lieu suggéré, un lien Internet réfère à la source de renseignements pratiques. Des cartes permettent de suivre les routes des anciens et de repérer l’accès aux parcours actuels.
Dictionnaire géographique du Québec

Dictionnaire géographique du Québec

Normand Cazelais
La variété des paysages qu’on peut observer à travers le Québec est quasi infinie… Pas besoin d’être géographe pour le savoir. Et pourtant, le regard de celui-ci est parfois bien utile pour découvrir un paysage avec des yeux neufs.

En bon géographe, multipliant les clins d’oeil historiques et littéraires, Normand Cazelais propose une tournée du Québec à partir de termes génériques comme aboiteau, barachois, bassin, colline, coteau, dune, éboulis, échouerie, fjord, grave, lac, marigot, tombolo…

Certains de ces termes vous sont probablement familiers. D’autres inconnus. De toute manière, de belles surprises vous attendent. Et si vous ne retenez pas quelques mots pour votre prochaine partie de Scrabble, vous aurez quelques pistes originales pour découvrir le Québec, sa géographie et ses lieux. À vous de voir…
Consommation inc.

Consommation inc.

Gisèle Kayata Eid
Ce livre n’est pas un livre de croissance personnelle, ni un recueil de recettes pour en finir avec la société de consommation. C’est encore moins un pamphlet pour trouver le bonheur.
Ce n’est pas un livre d’astuces, de conseils ou de suggestions pour adopter la « green attitude » ou appliquer les pratiques écolos.
Ce n’est pas un manifeste contre l’évolution, la technologie ou l’intelligence artificielle. Ce n’est pas un cri du coeur, ni un chant de sirènes.
Ce n’est pas un appel à l’indignation ou à la révolte, ni un coup de
pouce à celui qui rêve du zéro déchet.
Ce n’est pas non plus un livre de contes, de récits, de nouvelles ou d’anecdotes.
C’est un livre qui raconte les histoires des uns et des autres et du grand ogre, l’hyperconsommation, qui voulait les bouffer tout cru.

Avec son regard de journaliste, dans une langue vive, teintée d’humour et d’ironie, l’auteure nous invite à constater l’impact des pubs, des marques, des promesses de cette société illusoire d’abondance et leurs effets dévastateurs sur nous et sur la planète.
Julie

Julie

Odette Mainville
La vie de la petite Julie, à peine âgée de trois ans, bascule le jour où sa mère meurt dans un accident de la circulation. Commence alors pour elle une longue descente aux enfers. Entre une grand-mère
pleine de bonne volonté, mais complètement dépassée, et un père absent qui peine à se remettre d’une sévère dépression, le
milieu familial sur lequel elle aurait dû pouvoir compter s’effrite
peu à peu.

Fragilisée, elle subit abus et harcèlements avant de tomber, à
l’adolescence, dans le piège d’un gang de rue. Droguée et soumise
aux pires sévices de la prostitution, cette jeune fille, pourtant si
douée et intelligente, voit son avenir comme étant sans issue.
Une jeune fille qui ressemble à bien d’autres adolescentes que l’on
connaît, que l’on côtoie…

Quand l’horizon se ferme, quand il ne semble plus y avoir la
moindre chance de salut… peut-on encore émerger des profondeurs
d’un tel abîme ?
Manipulés

Manipulés

Thierry Pauchant
Le dogme de la main invisible du marché structure nos sociétés. C’est en son nom que l’on loue l’individualisme, le laisser-faire économique et l’ultra-libéralisme. De nombreux laissés pour compte ont récemment exprimés leur grogne : occupons Wall Street, les Indignés, Nuit debout en France, la grève étudiante au Québec, ou certains partisans du Brexit et de Trump.
Quand une maison vacille, il faut inspecter et réparer ses fondations. Nous revisitons dans ce livre les écrits d’Adam Smith, le père fondateur de l’économie politique, qui a soi-disant introduit ce dogme. Nous puisons dans ses cinq ouvrages, en économie bien sûr, mais aussi en éthique, en droit, en science et en littérature, incluant des textes jamais traduits en français.
Contrairement aux dires des manipulateurs d’opinion, sa fameuse main ne sanctifie pas le marché et les mécanismes des profits et des prix. Smith l’a introduite comme une métaphore éducative, mettant en garde contre les méfaits des dogmes, des abus envers les personnes et la nature, et du mercantilisme.
L’œuvre intégrative d’Adam Smith visait déjà une gestion plus émancipatrice, équitable et durable de nos organisations. Et de nombreuses associations et entreprises progressistes travaillent déjà à ce renouveau. Elles œuvrent au-delà des clivages traditionnels entre la droite et la gauche, en quête d’une économie plus libératrice, sociale et viable.
Poudreries

Poudreries

Éloïse Simoncelli-Bourque
Un hiver à glacer le sang… Un neuropsychiatre meurt
assassiné dans sa luxueuse résidence nichée au coeur
du mont Saint-Bruno. À proximité, on découvre des
carcasses de chevreuil sanguinolentes.
Non loin de là, dans la métropole, la fille de l’inspecteur
Scolvic sombre dans la toxicomanie et fugue un soir
de poudrerie.
Au cours de ces jours d’hiver, la journaliste Élisa
Morinelli, à peine sortie d’une sévère dépression,
s’intéresse
à l’univers trouble de l’industrie pharmaceutique…
Pour ajouter à sa morosité, son couple bat
de l’aile. Et pourtant, malgré eux, elle et son conjoint se
trouveront bientôt mêlés à l’enquête sur le meurtre du
neuropsychiatre.
Comment rassembler les pièces de ce casse-tête en
apparence insoluble ? Dans ce nouveau récit, Éloïse
Simoncelli-Bourque nous livre un chassé-croisé haletant
où l’on retrouve les principaux personnages de son
roman Crachin.
L'idéologie du hasard

L'idéologie du hasard

Jean-François Simard
On connaissait déjà la stratégie des conditions gagnantes élaborée
par le camp souverainiste proposant d’attendre le moment
idéal pour tenir un référendum gagnant. Sans trop savoir comment
faire pour y parvenir, cette perspective relevait plus ou
moins du hasard. Du reste, les concepteurs de cette démarche
savaient eux-mêmes que celle-ci n’était pas faite pour s’inscrire
dans la durée. L’enracinement de cette manière de penser l’avenir
du Québec aura enlisé une partie importante d’entre nous
dans l’immobilisme et la rêverie béate d’un grand soir de plus
en plus fuyant.
En juin 2017, à la veille des célébrations du 150e anniversaire
du Canada et après 25 ans d’aphasie sur la question nationale, le
Parti libéral du Québec lançait sa Politique d’affirmation du Québec
et de relations canadiennes. À sa manière, ce dernier pousse
lui aussi le Québec dans l’étreinte des conditions gagnantes. Il
souhaite désormais établir un dialogue dans l’espace canadien
permettant, à terme, la réouverture de négociations constitutionnelles.
Faute d’interlocuteurs pour établir cette rencontre et
ne sachant pas trop comment faire pour combler ce vide, cette
prétendue stratégie relève elle aussi plus ou moins du hasard.
Sans plan d’action précis, sans calendrier clair, sans obligation
de résultats, les deux camps opposés érigent ainsi en idéologie
le hasard afin de guider la destinée de notre peuple. Ce modèle,
sans voiles ni gouvernail, a fait son temps…
Siroter la vie

Siroter la vie

André Beauchamp
Il y a de ces femmes et de ces hommes qui, avançant en âge, développent une sagesse et un goût de vivre qui s’avèrent contagieux. Ils ont fait la paix avec leur passé et s’emploient à vivre le moment présent dans la sérénité. Entre poème et méditation, ce recueil livre quelques réflexions d’un de ces « sages » qui, à l’aube de ses 80 ans, n’en finit pas de nous surprendre.

« Mon propos ? écrit André Beauchamp. Célébrer le déclin de la vie, non pas sa déchéance, mais sa lente descente comme on descend une côte après la montée, avec saveur et fierté. Passage du dehors au-dedans quand l’être se recroqueville et perçoit mieux les mystères intérieurs. Les sens s’atrophient, un peu, beaucoup. Le sens s’affine, s’affirme.»
Gabriel et le philosophe

Gabriel et le philosophe

Gilles Voyer
Il n’est pas donné à tout le monde de rencontrer un philosophe. Ça ne court pas les rues. C’est pourtant ce qui est arrivé à Gabriel à un moment où il éprouvait un urgent besoin de voir clair dans sa vie.

Cette rencontre a été au point de départ d’une série de lettres du philosophe, devenu un confident, abordant des questions auxquelles Gabriel n’avait pas de réponse satisfaisante. Des questions portant sur des réalités souvent malmenées du quotidien comme l’amour, le langage, l’art, le bonheur… Des questions aussi concernant les problèmes cruciaux auxquels la société contemporaine doit faire face, comme la question de la santé, de la fin de vie, du pétrole et de son transport, des accommodements raisonnables, des manipulations génétiques…

Gabriel, le destinataire des lettres, est un jeune adulte en chair et en os… Mais ce pourrait tout aussi bien être vous, ou votre enfant, ou un ami. Dès les premières pages de ce livre, un philosophe vous attend pour vous aider à réfléchir aux turbulences de notre temps.


À paraître

Actualités



Fides sur Twitter