Angus - Tome 2

Angus - Tome 2

Gaétan Nadeau
La Société de développement Angus est une réussite sociale, environnementale et économique. Ce succès, par sa simple réalisation, pose la question du développement du territoire, et d’autres interrogations tout aussi intéressantes : la distribution de la richesse et la lutte aux inégalités. C’est une histoire fabuleuse que celle de la SDA. Elle est parsemée de défis, de grandes réalisations, mais aussi d’échecs cuisants qui auraient désarçonné la grande majorité d’entre nous. Mais pas eux, ces hérauts, parfois involontaires, de l’économie sociale. L’auteur nous présente ainsi une fabuleuse aventure entrepreneuriale sous une forme picaresque. C’est donc un roman d’aventure, avec de nombreux rebondissements qu’on croirait sorti s d’une fiction. Et pourtant, tout cela est vrai. Angus propose un modèle inédit du développement du territoire. Ce livre en présente la recette pour usage répété, espérons-le.

L'AUTEUR
Rédacteur et recherchiste, Gaétan Nadeau débute à la radio CJLM à Joliette. Il sera journaliste (Le Nouvelliste, Direction informatique, Terre de Chez-Nous). Il fut très actif sur la scène politique municipale, provinciale et fédérale. Il fut candidat du NPD Canada en 1988, puis chef du NPD Québec en 1989. Il travaillera pour les associations coopératives d’économie familiale (ACEF) et la Ligue des Droits et Libertés. Il obtint une maîtrise en Droit de l’Université de Montréal. Il entreprit des études doctorales en Développement régional, qui furent interrompues par un retour à la politique. Retraité, il vit à Saint-Jean-Port-Joli.
Angus - Tome 1

Angus - Tome 1

Gaétan Nadeau
La petite histoire du quotidien du quartier Rosemont côtoie ici la grande histoire du dernier siècle pour y trouver ses repères et ses appartenances. Les Ateliers Angus furent créés dans la démesure, alors que l’Empire britannique était à son apogée. Au cours du siècle suivant, au rythme des guerres et des luttes politiques, les francophones feront basculer les ordres anciens, mais pour mieux en épouser les valeurs. En 1904, le grand capital fait étalage de sa puissance rue Rachel. Aujourd’hui, une entreprise d’économie sociale occupe le même espace et propose des innovations sociales et économiques remarquables. L’ouvrage richement documenté de Gaétan Nadeau permet de voir où se trouvent les ruptures et les filiations qui expliquent le Québec d’aujourd’hui.

L'AUTEUR
Rédacteur et recherchiste, Gaétan Nadeau débute à la radio CJLM à Joliette. Il sera journaliste (Le Nouvelliste, Direction informatique, Terre de Chez-Nous). Il fut très actif sur la scène politique municipale, provinciale et fédérale. Il fut candidat du NPD Canada en 1988, puis chef du NPD Québec en 1989. Il travaillera pour les associations coopératives d’économie familiale (ACEF) et la Ligue des Droits et Libertés. Il obtint une maîtrise en Droit de l’Université de Montréal. Il entreprit des études doctorales en Développement régional, qui furent interrompues par un retour à la politique. Retraité, il vit à Saint-Jean-Port-Joli.
Histoire populaire de l’amour au Québec

Histoire populaire de l’amour au Québec

Jean-Sébastien Marsan
Au Québec, tout le monde a entendu parler des Filles du roi, du labeur de la colonisation, des coureurs de bois qui convoitaient les Amérindiennes, etc. Mais qui se souvient des «bons soirs» pour les fréquentations? Des mariages à la « gaumine », des « sommations respectueuses », des dispenses ecclésiastiques qui permettaient de convoler avec un cousin ou une belle-soeur, ou encore des mariages « remarquables », lorsque les frères d’une famille épousaient les soeurs d’une autre famille? Il est arrivé qu’un veuf et son fils épousent une veuve et sa fille!

Des premiers explorateurs de la Nouvelle-France jusqu’à la Conquête, ce premier tome de l’Histoire populaire de l’amour au Québec s’attarde à toutes les facettes de la vie intime de l’époque: célibat, rencontre, fréquentations, mariage, vie conjugale, séparation, concubinage bigamie, adultère, prostitution, ainsi que le mode de vie des veufs et des veuves, des religieux et des religieuses, des «vieilles filles» et des «vieux garçons». Le tout dans un environnement très particulier, un pays neuf en Amérique du Nord.

Un ouvrage de vulgarisation, mais jamais vulgaire, et bourré d’anecdotes souvent déconcertantes — ciel, nos aïeux! Un passé à partager, parce que l’histoire de la vie privée appartient à tous.

L'AUTEUR
Diplômé en journalisme, Jean-Sébastien Marsan est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Les Québécois ne veulent plus draguer (avec Emmanuelle Gril, l’Homme, 2009), Le Petit Wazoo: initiation rapide, efficace et sans douleur à l’oeuvre de Frank Zappa (Triptyque, 2010) et de la série Histoire populaire de l’amour au Québec (Fides).
Histoire populaire de l'amour au Québec

Histoire populaire de l'amour au Québec

Jean-Sébastien Marsan
Après le tome I de l’Histoire populaire de l’amour au Québec, portrait des mœurs des Premières Nations et de la Nouvelle-France, ce second tome couvre un siècle, de la Conquête en 1760 à l’orée de la décennie 1860.
Aux amourettes en temps de guerre succèdent des mariages catho-protestants avantageux ou scandaleux. De nouveaux loisirs et divertissements favorisent les rencontres. Le romantisme fait évoluer les mentalités, le mariage d’amour — ou, à tout le moins, de l’amour dans le mariage — prend racine. Les Britanniques popularisent la Saint-Valentin et la robe de mariée d’un blanc immaculé. Toujours prompts à convoler et à fonder une famille, les Canadiens français se reproduisent comme des lapins.
L’Église catholique devient « l’institution dominante d’un peuple dominé » et met son nez partout, jusque dans la vie intime des fidèles, mais ne parvient pas à policer complètement les mœurs, à bannir le concubinage, la bigamie, l’adultère, la prostitution ou la simple attirance entre deux célibataires nullement pressés de se marier.

Histoire populaire de l’amour au Québec est un ouvrage de vulgarisation, mais jamais vulgaire, et bourré d’anecdotes souvent déconcertantes — ciel, nos aïeux ! Un passé à partager, parce que l’histoire de la vie privée appartient à tous.

L'AUTEUR
Diplômé en journalisme, Jean-Sébastien Marsan est l’auteur de Devenir son propre patron? Mythes et réalités du nouveau travail autonome (Écosociété, 2001), Les Québécois ne veulent plus draguer (avec Emmanuelle Gril, l’Homme, 2009), Le Petit Wazoo : initiation rapide, efficace et sans douleur à l’œuvre de Frank Zappa (Triptyque, 2010) et de la série Histoire populaire de l’amour au Québec.
La sexualité des jeunes au Québec

La sexualité des jeunes au Québec

Sous la direction de Stéphane Labbé, Ph. D.
La sexualité des jeunes Québécois demeure encore à ce jour un sujet tabou. Source d’inquiétudes pour certains ou de gêne pour d’autres, elle soulève des enjeux de plus en plus apparents, notamment à la lumière de la récente résurgence du mouvement #metoo. Dans un environnement numérique où la génération des 18 à 25 ans est au premier plan, à quoi ressemble la vie sexuelle de ces jeunes adultes? L'enquête de terrain constitue un outil précieux pour mieux comprendre les expériences vécues par les individus. Combien de partenaires sexuels ces jeunes ont-ils? Quel impact la pornographie a-t-elle dans leur développement? Comment incluent-ils la contraception dans leurs pratiques? Que signifient pour eux les notions de plaisir et de couple? Ce livre est le résultat d’une enquête de terrain menée auprès des Québécois de 18 à 25 ans. Dévoilant les expériences et les défis qu’ont rencontrés ces jeunes au cours de leur vie sexuelle et sentimentale, il permet de brosser un portrait riche et diversifié de la situation. Cette analyse des habitudes sexuelles des participants à l'étude permettra à chacun, parent, éducateur ou citoyen, d'y voir plus clair.

L'AUTEUR
Conseiller stratégique et chercheur chevronné en culture et communications, Stéphane Labbé, Ph. D. dirige un cabinet de conseil, de recherche et d’édition depuis 2013. Il a également dirigé plusieurs sociétés d’édition et réalisé de nombreuses recherches dans le domaine de la culture et des communications. Il enseigne dans plusieurs universités québécoises.
L'épidémie des congés maladie chez les enseignants du Québec

L'épidémie des congés maladie chez les enseignants du Québec

Sous la direction de Stéphane Labbé, Ph. D.
On assiste ces dernières années à une véritable « épidémie » de congés maladie chez les enseignants du primaire et du secondaire. Pour l’année 2016-2017, le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur chiffrait à 8503 le nombre d’enseignants ayant perçu des assurances-salaire pour cause de maladie. De plus, la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ) estime que 50 % des départs pour maladie sont causés par des problèmes de santé mentale liés à l’épuisement professionnel. Bien que l’importance de l’éducation ne fasse aucun doute, de telles statistiques suggèrent que les enseignants vivent au Québec un profond mal-être. Qu’en est-il dans les faits ?
Ce livre est le résultat d’une enquête de terrain menée auprès d’enseignants ayant personnellement vécu un congé de maladie. Si le parcours de chacun est unique, les témoignages se recoupent pour brosser le portrait d’une problématique qui semble systémique. Que ce soit la lourdeur de leur tâche, le manque de soutien et de ressources, le ratio trop élevé d’élèves en difficulté dans les classes régulières ou une relation parfois malsaine avec la direction, plusieurs facteurs récurrents ont nécessairement contribué à l’éclosion de cette épidémie. Cet ouvrage fait la synthèse des entretiens menés avec ces enseignants et vise à éclairer, à l’épreuve des faits, les raisons d’une telle situation.
Bio :
Conseiller stratégique et chercheur chevronné en culture et communications, Stéphane Labbé, Ph. D. dirige un cabinet de conseil, de recherche et d’édition depuis 2013. Il a également dirigé plusieurs sociétés d’édition et réalisé de nombreuses recherches dans le domaine de la culture et des communications. Il enseigne dans plusieurs universités québécoises.